Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

La famille Driguès (Claude alias Charly et son fils Melvin), des juifs algériens, je la connais depuis des lustres. Je fréquentais déjà leur table dans leur premier restaurant de la rue de la Croix-Nivert, créé en 1965 après la guerre d’Algérie. C’était « Charly de Bal el Oued ». J’y allais avec mes parents dans ma prime jeunesse. Aujourd’hui, elle est plus bourgeoisement installée à fleur de Palais des Congrès. Ici, c’est une maison qui vante sans faiblesses la cuisine du Grand Maghreb. Décor mauresque, palmier sous la grande verrière, moucharabiehs et portes sculptées recréent l’atmosphère d’un riad. Les entrées à la manière d’une kémia sont déjà la promesse d’un repas comme là-bas. La suite est à l’aune de la seule qualité, entre mets du marché et tradition défendue avec passion. Salade mechouia à l’huile d’argan, harira fumante, tchakchouka en cassolette à la merguez et à l’œuf de caille, merguez maison, boulettes kefta, loup de mer grillé, couscous qui sont accompagnés d’agneau, en côtes, en brochette, en confit ou en mechoui, les tagines itou, et, cerise sur le gâteau, rare tanjia d’agneau aux épices cuite dix heures en pot d’argile, avant pastilla au lait sucré sont de petites merveilles de plaisir gourmand. Les vins de Provence, Ott et Peyrassol, ou parmi les crus marocains viennent opportunément irriguer le tout. Service souriant autant que chaleureux. Une maison du bonheur. Bon appétit et… large soif ! – « La Maison de Charly ». 97, boulevard Gouvion-Saint-Cyr (Paris 17e). Tél. : 01 45 74 34 62. Fermé lundi. M° Porte-de-Maillot.

Paris 17e : les Driguès et "La Maison de Charly", ça vous dit quelque chose ? Paris 17e : les Driguès et "La Maison de Charly", ça vous dit quelque chose ?
Paris 17e : les Driguès et "La Maison de Charly", ça vous dit quelque chose ? Paris 17e : les Driguès et "La Maison de Charly", ça vous dit quelque chose ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article