Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

Béarn : "Le Russe Artigarrède", ça vous dit quelque chose ?
Béarn : "Le Russe Artigarrède", ça vous dit quelque chose ?
Béarn : "Le Russe Artigarrède", ça vous dit quelque chose ?

 

Vous connaissez un gâteau qui a été dégusté à la fois par Nikita Krouchtchev, François Mitterrand, Bill Clinton et JacquesChirac ? C'est "Le Russe d'Artigarrède". L'histoire a presque un siècle. C'est en 1923 qu'un Béarnais, quittant la vallée d'Ossau et son village de Bescat (Pyrénées-Atlantiques), Adrien Artigarrède, ouvre, rentrant de son apprentissage chez les Compagnons du Tour de France à Biarritz et à Luchon, un café avec sa femme Elise à Oloron-Sainte-Marie. En fin de semaine, il y propose des pâtisseries. Puis, les affaires prospèrent et ils décident tous les deux d'acheter le bel immeuble face à la cathédrale et ouvrent la pâtisserie qui existe encore aujourd'hui.

Il produit son premier "Russe" d'après une recette qui daterait du XIXème siècle dont on trouve une trace sous le nom de "gâteau russe" dans le "Mémorial historique et géographique de la pâtisserie" qui date de 1895, puis créé par Lacam en 1908, dans le "Traité de pâtisserie moderne" de Darenne et Duval en 1909 et dans "La pâtissière de la campagne et de la ville" de Quentin en 1921. Adrien, lui, y ajoute juste le fruit de son imagination. Cette recette incomparable - qui reste dans la famille depuis et est érigée en vrai secret - a été transmise de génération en génération, la quatrième maintenant.

Depuis quelques années, c'est Jean-Paul Bassignana, le petit-fils d'Adrien, avec ses deux enfants, Michel et Pierre, qui en assurent la pérennité, avec une qualité inchangée depuis sa création et une recette jamais déposée, ni dévoilée. On raconte même que, avant d'être initié, Jean-Paul aurait tenter de trouver seul le secret de fabrication sans y parvenir. La légende est ainsi entrée dans l'Histoire. Et de fait, on accoure ici de toute la région et bien au-delà pour déguster cette spécialité d'une légèreté arachnéenne.

Le "Russe" a été nommé ainsi en hommage aux amandes, son composant de base (avec la crème au praliné), que l'on importait alors de Crimée. De plus, sa forme et sa couleur suggèrent les plaines enneigées de la Russie. "Le Russe" d'Artigarrède se présente sous la forme d'un carré de 7 cm de côté et pesant 80 g, ou de 30 cm de côté pour un poids de 620 g. On lui donne également la forme d'un rectangle de 30 à 40 cm et 20 à 30 cm de côté et de 1,5 cm d'épaisseur, pesant 460 à 840 g. Il est constitué de deux fonds de couleur bise, de texture très aérée, et fourré d'une crème beige claire particulièrement crémeuse et fondante. Le dessus est parsemé de sucre glace blanc et décoré, à la poche à douille, de l'inscription "Russe" en diagonale.

Souvent plagié, il n'a jamais été égalé. Chez "Artigarrède", la devise est simple: "A Oloron-Sainte-Marie, je mange du "Russe"... du vrai!". Un "Russe" qui reste original, et que nulle pâtisserie au monde ne saurait faire avec autant de talent.

"Artigarrède" - 64400 Oloron-Sainte-Marie (1, place de la Cathédrale. Tél. : 05 59 39 01 38) - 64000 Pau (3, rue Gassion. Tél. : 05 59 27 47 40) - 65000 Tarbes (24, place de Verdun. Tél. : 05 62 56 96 55) - 64500 Saint-Jean-de-Luz (94, rue Gambetta. Tél. : 05 59 26 38 02).

Béarn : "Le Russe Artigarrède", ça vous dit quelque chose ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article