Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

La Rotonde (Paris 6e) : aux grands cantalous, la patrie reconnaissante
La Rotonde (Paris 6e) : aux grands cantalous, la patrie reconnaissante
 
L'actualité politique nous ramène à "La Rotonde" à Montparnasse, avec le dîner de premier tour des élections présidentielles d'Emmanuel Macron. Une brasserie déjà prisée par la classe politique - et votre serviteur qui y a soupé voilà une quinzaine de jours - , puisqu'on y a déjà vu Ségolène Royal et François Hollande et leurs équipes pour les primaires socialistes et dans les semaines d'avant les élections présidentielles de 2012.

Voilà une vingtaine d'années que les frères Tafanel, Gérard et Serge après leur oncle Georges, mènent avec alacrité ce lieu emblématique du Montparnasse d’hier revu à la mode d’aujourd’hui.
Dans leur décor élégant rouge façon 1900 récemment remis à neuf, presque théâtral, l’ambiance ne descend jamais d’un décibel jusque tard dans la nuit. Il est vrai que ces deux là tracent leur route avec sérénité, jouant du bon produit avec science, ne voulant pas rivaliser avec le haut du panier (ce n'est pas "Le Fouquet"s !), mais juste faire plaisir dans la bonne humeur.
 
Ils y parviennent d’ailleurs aisément avec le carpaccio de veau à l'huile de noisette, l'émincé de pied de porc poêlé de chez Laborie à Parlan dans le Cantal, le melon au prosciutto di Parma, le club-sandwich (fameux), le banc de fruits de mer dès la saison venue, le saumon label rouge façon harengs avec ses pommes tièdes à l’huile, les quenelles de brochet à la duxelles, le magnifique turbot dans son épaisseur qu’égaye une sauce hollandaise, le bar de ligne juste au citron confit, l’aïoli vrai de cabillaud, la parfaite sole de l’Île d’Yeu, le haddock poché à l'anglaise au beurre nantais, le tartare fait minute digne des meilleurs, l’épaule d’agneau de Lozère au piment d’Espelette et la (superbe) entrecôte de Salers de chez Desnoyer, le boucher vedette du 14e, le boudin de Christian Parra (magnifique) et le mille feuille à la vanille Bourbon, le parfait café et le baba au vieux rhum Clément qui, tous, ont un sacré répondant. Une cuisine menée avec un goût sûr et une exécution sans failles aucune.

Le service d'une brigade aguerrie va l’amble, souriant autant que virevoltant. La terrasse, dès potron-minet, est très prisée pour le petit-déjeuner et, ensuite, pour l’apéritif. Les vins, entre rosé de Château Minuty, rouge ligérien de Touraine de Marionnet et pouilly-fuissé de Laurent Gerra, se lampent à la régalade. Les ombres de Montparnasse d’hier – qui venaient en rangs serrés à La Rotonde, comme Apollinaire, Aragon, Braque, Breton, Cocteau, Hemingway, Kiki de Montparnasse, Modigliani, Mac Orlan et Soutine - pourraient y avoir leur rond de serviette.
 
Aujourd’hui, Emmanuel Macron la met en lumière y conviant son équipe de campagne.  Aux grands cantalous, la patrie reconnaissante, pourrait-on afficher ici sur la façade, parce que l'Auvergne, comme l'écrivait Alexandre Vialatte "produit des fromages, des viandes et des ministres". Et pourquoi pas un Président de la République ! Bon appétit en cette brasserie de bon goût, et large soif !

La Rotonde en Montparnasse – 105, boulevard du Montparnasse (Paris 6e). Téléphone : 01 43 26 68 84 et 01 43 26 48 26. Tous les jours de 7 h 15 jusqu’à 1 heure du matin. Terrasse. M° Notre-Dame-des-Champs ou Vavin. Menus : 24 (déjeuner) et 46 €. Carte : 40-70 €. Site : www.rotondemontparnasse.com
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article