Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

"Les ombres d'Euzkadi", un opus mitonné par Jean Weber comme un poulet basquaise au piment d'Espelette
"Les ombres d'Euzkadi", un opus mitonné par Jean Weber comme un poulet basquaise au piment d'Espelette
 

Avec Les ombres d'Euzkadi, Jean Weber, ancien journaliste à L'Humanité, aux Dossiers du Canard et à L'AFP, publie son deuxième roman, après Le complot de Bidache. Cette fois, après un voyage dans le passé avec le voyage de Mazarin vers le Pays Basque pour le mariage de Louis XIV, nous sommes immergés dans une intrigue politico-policière dans laquelle les acteurs basques se meuvent avec aise. Lisons-donc la quatrième de couverture pour en deviner la substantifique moelle.
 
Et, en guise d'amuse-bouche, un extrait gouleyant rythmé par la "blue note" de Miles Davis et les sons très personnels de John Coltrane tout autant que le rythme "cool" et élégant d'Oscar Peterson.

"... Un verre de Bordeaux, peut-être, le soulagerait du poids du doute ? Boswell possède une petite cave à vin de célibataire. À ouvrir avec (ou sans) motif valable. Chasser le spleen tenace. Retenir un bonheur versatile. Adoucir des amours amères. Enfourcher le Cheval blanc de légende. Boire puis penser. Boire puis ne plus penser. « Il fait un temps à Pessac-Léognan », diagnostique le journaliste. Grand cru classé de Graves, ami fidèle, un Château Malartic- Lagravière rouge de 2008 attire à lui l’épicurien. « Toi, on va te laisser prendre un peu l’air », dit Boswell à la bouteille complice en contemplant le trois-mâts de l’étiquette, toutes voiles dehors. Il débouche le flacon. Déjà, son deux-pièces a largué les amarres.
 
En attendant de déguster, Boswell invite Miles Davis et John Coltrane à jouer pour lui seul. « So What ! » Le clavier d’Oscar Peterson consentira peut-être à leur succéder. Oscar. L’ami des pires moments. Non, ça n’est pas l’exemple d’une vie réussie. Sa femme le plaque. Ses enfants lui tournent le dos. Avions, chambres d’hôtel et salles de concert, il n'est jamais là. Mais du plus profond de ses impros provient quelque chose d'unique. Un message universel qu’il offre au monde pour l’adoucir. Dans l’obscurité qui s’est invitée, trompette et saxo tour à tour à la barre, Boswell prend le large..."

Bonne lecture pour un premier opus d'une nouvelle série mitonné comme un divin poulet basquaise au piment d'Espelette. Et, aussi, bon appétit et large soif !
 
Le complot de Bidache (Editions Lemeux, 2015) et Les ombres d'Euzkadi (à paraître en septembre 2017, Editions Lemeux).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article