Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

Donostia-San Sebastian : "San Marcial" et sa gavilla, ça vous dit quelque chose ?
Donostia-San Sebastian : "San Marcial" et sa gavilla, ça vous dit quelque chose ?
Donostia-San Sebastian : "San Marcial" et sa gavilla, ça vous dit quelque chose ?


Dans une zone parmi les plus intéressantes de l'univers des pintxos, au centre de Donostia-San Sebastian, au fond d'une petite galerie, se trouve l'enseigne "San Marcial", quasiment confidentielle, mais institutionnelle pour les Basques.

Les frères Luis qui travaillaient ici même, en 1983, alors que le bar s'appellait "Alustiza", en sont devenus propriétaires dix ans plus tard en 1993. Le "San Marcial " est peu connu des touristes, mais les locaux y viennent en nombre, en famille, avec les enfants.

Dans sa salle spacieuse des dizaines de jambons 5J sont suspendus, le bar est abondamment garni de tapas et la machine à découper les charcuteries fonctionnent à plein régime. Et, ce qu'apprécient par-dessus tout les amateurs éclairés, c'est la spécialité maison, la gavilla (photo), qui se déguste à toute heure à raison, dit-on, de plus d'un millier chaque jour...  Elle est frite avec une sauce béchamel, de l'emmental, du jamon serrano et des miettes de lomo dans une chapelure.

Mais on y consomme aussi les célèbres callos y morros (tripes et museau), la morcilla (boudin), le pimento relleno de carne ou de bacalao, les croquetas caseras, le rabo e buey al vino tinto (racion), les excellentes conserves de José Serrats (bonite, ventre de thon) et, bien sûr, la charcuterie de Guijuelo.

Le service est d'une agilité remarquable, avec des routiers aguerris d'une amabilité non feinte. Le txakoli coule à flots continus et l'ambiance est unique, entre gens de bonne compagnie. Venir une fois ici, c'est y revenir toujours. Bon appétit et large soif ! Buen  apetito y sed ancha !

- "San Marcial", San Marcial, 50 (Centro). Tél. : 943 43 17 20.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article