Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 16:48
La Commission européenne veut-elle criminaliser la culture privée des légumes ?
La Commission européenne veut-elle criminaliser la culture privée des légumes ?



Une loi proposée par la Commission européenne voilà quelques années souhaitait instaurer l’illégalité de la pousse, de la reproduction ou de la vente des semences de végétaux qui n’auraient pas été testées et approuvées par l’Agence européenne des variétés végétales qui avait été créée en 1995, et actuellement présidée par le Suédois Martin Ekvad (depuis 2015).

En criminalisant ainsi la culture privée de légumes, la Commission européenne remettait le contrôle de l’approvisionnement alimentaire à des sociétés comme Monsanto.

Les eurodéputés verts voyaient d’un mauvais œil la proposition de la Commission jugée « contreproductive et dangereuse ». José Bové se mobilisait : « La biodiversité, disait-il, est en danger. Les multinationales ont focalisé leurs efforts sur la création de plantes à haut rendement, mais qui sont fragiles. Elles ne peuvent subsister que dans un environnement artificialisé dépendant des engrais chimiques et des pesticides, donc du pétrole ».

Les groupes de pression que sont les multinationales allaient-ils atteindre leur objectif par le biais d’une nouvelle loi interdisant les semences régionales, les variétés ancestrales ou endémiques ? Leur but : évidemment mettre sur le marché leurs propres produits, bref, des semences F1, transgéniques, voire même pire, OGM.

Cela aurait été la fin de la bio-variété dans nos jardins, tout comme la fin des jardins ouvriers et des marchés d’échanges de plants et semences entre particuliers. Rien que le titre du texte qu'avait pondu la Commission européenne valait son jus de technocrate : « Des règles plus intelligentes pour des denrées alimentaires plus sûres : la Commission propose un paquet législatif primordial pour moderniser, simplifier et renforcer la filière agroalimentaire en Europe ».

En France, rappelons que ceux qui diffusent des « légumes clandestins » risquent une amende de 450 €. Ainsi, des petits maraîchers avaient-ils reçu la visite d’un agent de la répression des fraudes sur le marché de Lavelanet, en Ariège. Leur délit : vendre des plants de tomates non inscrites au catalogue officiel et ne pas disposer de la carte du GNIS, l’interprofession nationale des semences et des plants.

La carte était néanmoins gratuite pour ceux qui vendaient moins de 10.000 plants par an. On sait déjà que 80 % des variétés potagères ont été radiées du catalogue entre 1954 et 2002 : au catalogue officiel, il ne restait que 182 variétés potagères inscrites en 2002, un chiffre qui n'a guère varié depuis 2015.

C’est l’industrie semencière qui, depuis plus de cinquante ans, cherche « à standardiser les semences pour les adapter partout aux mêmes engrais et pesticides chimiques », selon le « Réseau des semences paysannes ». Les organisations associatives et paysannes demandent, elles, « à répondre à la forte demande des jardiniers de pouvoir trouver sur le marché des plants leur permettant de cultiver toute la diversité des variétés paysannes, locales ou exotiques qui ne pourront jamais être inscrites au catalogue ».

Bonjour l’Europe qui veut légiférer sur tout et détruire une partie de la culture ancestrale paysanne. Le débat n'est pas clos, tant que les multinationales de l'agro-alimentaire s'agiteront dans les coulisses du Parlement européen et de la Commission européenne pour arriver à leurs fins. Comme le disait Stéphane Hessel, citoyens, "Indignez-vous" ! Et je dirai même plus, "Rebellez-vous" !
 

La Commission européenne veut-elle criminaliser la culture privée des légumes ?
La Commission européenne veut-elle criminaliser la culture privée des légumes ?

Partager cet article

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Polémique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • : Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.
  • Contact

Profil

  • toutnestquelitresetratures
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.

Recherche

Pages

Catégories