Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Roger Feuilly

Paris 2e : la rue du Nil et « Terroirs d’Avenir », ça vous dit quelque chose ?
Paris 2e : la rue du Nil et « Terroirs d’Avenir », ça vous dit quelque chose ?
Paris 2e : la rue du Nil et « Terroirs d’Avenir », ça vous dit quelque chose ?
Paris 2e : la rue du Nil et « Terroirs d’Avenir », ça vous dit quelque chose ?


Alexandre Drouard et Samuel Nahon ont été des précurseurs, proposant à la restauration parisienne des produits que « Slow Food » à Paris (et dont j’étais alors le Président) mettait en avant à travers « L’Arche du Goût » destiné à préserver la biodiversité alimentaire.

C’était les lentilles blondes de la Planèze, les navets noirs de Pardailhan, l’oignon de Trébons, le coucou de Rennes, le porc noir de Bigorre et bien d’autres. Alexandre Drouard et Samuel Nahon ont commencé leur travail au milieu des années 2000 pour créer « Terroirs d’Avenir » en 2008.

Leur credo ? Dénicher de petits producteurs de variétés anciennes de légumes, de fruits oubliés, de viandes de race pure, de poissons de pêches durables et de fromages bio. Les chefs parisiens ont adhéré à ce mode de distribution à tel point que ces défricheurs en permanence à la recherche du bon en fournissent une bonne centaine  aujourd’hui.

Et depuis quelques années, ils ont aussi pignon sur rue avec quatre boutiques ouvertes dans le 2e, rue du Nil : une épicerie, une boucherie, une boulangerie et une poissonnerie. De quoi remplir son cabas sans passer par la case supermarché et grande distribution.

Les poissons sont de ligne, arrivent en direct des marées (12 à 24 heures, jamais plus) de Saint-Jean-de-Luz, de l’île d’Yeu et du lac Léman (féra). A la boucherie, vous avez les cailles de Paul Renault, les pigeons de Remy Anezo, les poulets de Pascal Cosnet, le porc noir de Bigorre de Pierre Matayron, le porc Kintoa de Jean Oçafrain, la poulette et la pintade de la Cour d’Armoise, le jambon blanc Prince de Paris sans conservateur, sans colorant et sans exhausteur de goût et l’agneau de lait des Pyrénées.

A l’épicerie, betterave blanche, carotte orange, céleri rave, herbes sauvages de Stéphane Meyer, cresson de Mereville, chou de Pontoise, citron et mandarine de Sicile, radicchio de Trévise, navet noir de Pardailhan, pissenlit de Montmagny, hélianthis au goût d’artichaut, pommes de terre corne de gatte, rouge des Flandres et bleue d’Artois, rutabaga, endive de pleine terre, raifort frais, vrais champignons de Paris, choux de Bruxelles, poire conférence et autres fruits choisis. Mais aussi une bonne sélection de vins, des pâtes italiennes de Gragnano et les fromages de Sandrine Gardes et d'Aymeric Leprovost.

 A la boulangerie, ils travaillent en majorité avec des farines françaises biologiques issues de semences paysannes et adaptées au terroir de culture. Elles proviennent de moulins artisanaux attachés à la préservation de la qualité des grains tout au long de leur transformation. Des meules de pierre Astrié sont utilisées afin de ne pas altérer le grain. Celui-ci n’est pas oxydé et les propriétés nutritives du germe sont conservées.

Tout cela à des prix qui restent raisonnables pour tant de qualité. Faire son marché dans cette rue gourmande – vous avez aussi là le bistrot-bar à vins « Frenchie », le torréfacteur "L'Arbre à Café" -, voilà un plaisir parisien désormais bien ancré.
 

« Boutiques Terroir d’Avenir » - aux numéros 3, 6, 7 et 8 rue du Nil (Paris 2e). Tél. : 01 45 08 48 80. Fermé dimanche après-midi et lundi. Tous les jours ouverture à 10 h, pause entre 14 h 30 et 16 h 30 (sauf samedi), fermeture à 21 h (dimanche 14 h). Boulangerie du mardi au vendredi de 8 à 20 h, samedi de 8 h 30 à 19 h 30, dimanche de 8 à 13 h 30.
 

Paris 2e : la rue du Nil et « Terroirs d’Avenir », ça vous dit quelque chose ?
Paris 2e : la rue du Nil et « Terroirs d’Avenir », ça vous dit quelque chose ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article