Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

Guide Michelin France 2018 : chronique d'une mort annoncée
Guide Michelin France 2018 : chronique d'une mort annoncée


La cérémonie du Guide Michelin France 2018 est l'histoire de la chronique d'une mort annoncée. Le palmarès de cette 109ème édition est l'un des pires que l'on puisse imaginer.

Deux 3 étoiles, Christophe Bacquié au Castellet (Var) et Marc Veyrat à Manigod (Haute-Savoie), cinq 2 étoiles, Jean Sulpice dans l'ancienne Auberge du Père Bise à Talloires (Haute-Savoie), Bruno Cirino à L'Hostellerie Jérôme à La Turbie (Alpes-Maritime), les frères Tourteaux chez Flaveurs à Nice (Alpes-Maritime), Takao Takano à Lyon (Rhône-Alpes) et Masafumi Hamano Au 14 Février à Saint-Amour-Bellevue (Saône-et-Loire) et cinquante nouveaux 1 étoile. Au total, 621 restaurants étoilés, cinq de plus qu'en 2017. 28 trois étoiles, dont 10 à Paris (5 dans le seul 8e arrondissement).

Le palmarès des 3 étoiles ? Marc Veyrat est certes une huile, mais sa cuisine est-elle essentielle ? Quant aux déçus, ils se nomment Jean-François Piège (Paris), Jean-Georges Klein à La Villa René Lalique (Wingen-sur-Moder, Bas-Rhin), Olivier Bellin à L'Auberge des Glazicks (Plomodiern, Finistère) et Christophe Coutanceau (La Rochelle, Charente-Maritime).

Pour les 2 étoiles, Jean Sulpice ne fait que récupérer celle qu'il avait déjà, tout comme Bruno Cirino. Donc trois nouveaux 2 étoiles seulement contre 12 l'an passé. Deux les ont perdues, Les Airelles à Courchevel (Savoie) qui est fermé et Le Bateau Ivre au Bourget-du-Lac (Savoie).

Pour les 1 étoile, 50 nouvelles adresses contre 57 en 2017, mais aucune ni à Lyon ni à Marseille ! En revanche, contrairement à Sébastien Bras - dont la demande de retrait de ses 3 étoiles a été acceptée -, celle de Jérôme Brochot à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) a été curieusement maintenue. Alors qu'une table à 1 étoile, Dyades au Domaine des Etangs à Massignac (Charente) la conserve alors qu'il n'ouvrira qu'en avril avec un nouveau chef. Et que les deux restaurants dont Mathieu Pacaud s'est retiré, Histoires et Hexagone à Paris ont toujours 1 étoile.

Quant aux benjamins de cette promotion, ce sont Anthony Lumet au Pousse Pied à La Tranche-sur-Mer (Vendée) et Guillaume Monboisse au Sept à Toulouse (Haute-Garonne), tous deux à 27 ans.

En revanche, doit-on croire que la promotion à 1 étoile du Basque Inaki Aizpitarte est un clin d'oeil au Fooding - dont Michelin a acquis 40 % - qui, d'ailleurs, était présent à la cérémonie d'hier avec son co-fondateur Alexandre Cammas et sa directrice Marine Bidart ?

Autre consternation, une parité quasiment en berne : elles ne sont que deux femmes à avoir été reconnues, mais seulement aux côtés de leurs maris, L'Essentiel à Deauville et Pertinence à Paris 16ème.

"Ce guide paraît avec le siècle, il durera autant que lui". Ainsi parlait Zarathoustra, ou plutôt anticipait en 1900 le rédacteur du guide de la première édition du guide Michelin. Et voilà qu'aujourd'hui, le versant funeste de sa prophétie menace de s'accomplir.

"Le Michelin, écrivait jadis Le Monde qui en parlait déjà à l'imparfait, c'est la conscience subliminale des Français. Il ressemblait de loin à une société secrète. Tourisme, gastronomie et culture était le jeu du Michelin".

Avec le show d'hier façon Oscars d'Hollywood - en beaucoup moins bien ! -, un palmarès qui se moque de la situation actuelle de la gastronomie hexagonale oubliant totalement de promouvoir les grandes tables de la bistronomie, il ne fait plus de doute que le Michelin vacille sur ses bases.

En attendant la chute finale.

Bon appétit quand même, et large soif, parce qu'il faut toujours boire pour la soif à venir !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

tito 11/02/2018 20:10

résurection en 2019?

toutnestquelitresetratures 12/02/2018 08:51

Je n'y crois pas. Les dirigeants du Michelin n'ont pas l'air de prendre ce chemin. La troisième étoile de Marc Veyrat est une farce (j'ai écrit "c'est une huile gastronomique, mais sa cuisine est-elle essentielle ?"). L'article qui paraîtra demain sur "Les oubliés du Michelin" (ceux qui ne sont même pas cités) va indiquer clairement que le Guide ne fait plus son travail de promotion de bonnes tables qui servent une cuisine de qualité au quotidien. Merci de l'intérêt que vous manifestez pour ce blog.