Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

Guide Michelin France 2018 : J-3, une cérémonie événementielle et un débat polémique autour des étoiles
Guide Michelin France 2018 : J-3, une cérémonie événementielle et un débat polémique autour des étoiles
Guide Michelin France 2018 : J-3, une cérémonie événementielle et un débat polémique autour des étoiles


Le lundi 5 février le Michelin tiendra la cérémonie du palmarès du Guide France 2018.
Cet événement, façon Oscars comme à Hollywood, se déroulera  sur l'Île Seguin, à Boulogne-Billancourt, à la Seine Musicale, dans l'espace d'Arts et de culture.

La cérémonie a été entièrement repensée. En effet, alors que les années précédentes les chefs avaient été prévenus à l'avance de leur promotion, cette année le palmarès sera en effet dévoilé le jour même, en direct, en présence d'une pléiade de chefs invités, aucun n'ayant été averti du contenu du Guide.

Le palmarès sera donc annoncé en grande pompe aux restaurants lauréats des 1, 2 et 3 étoiles, avec le renfort de médias en tous genres, et une mise en scène événementielle condensée dès 15h45, enchaînant palmarès et coquetèle, alors que les autres années, le lancement du Guide se déroulait tout au long de la journée.

Le suspens serait alors préservé, faisant des chefs les véritables « acteurs » de cette cérémonie.
Des chefs qui se positionnent aussi dans le débat avec une thématique sur les étoiles Michelin, "en être ou ne pas en être".

Alain Ducasse (multi-étoilés), pour sa part, déclare : "On peut prospérer sans étoile, mais on est beaucoup mieux avec". De même Alain Passard (L'Arpège) : "Pour moi, les trois étoiles, c'est comme l'équipe de France de football pour un pro, il faut en être, et ce n'est pas un fardeau mais un cadeau".

Des considérations qui n'ont pas ému Sébastien Bras qui, on sait, y a renoncé (demande acceptée par Michelin), ou encore Jérôme Brochot à Montceau-les-Mines qui a rendu son unique étoile à cause d'un environnement économique et social en péril.

Parce que l'enjeu des étoiles est aussi clairement économique. Qu'on les gagne, qu'on les conserve ou qu'on les perde. Claire Dorland-Clauzel, directrice des marques et des relations extérieures du groupe Michelin, en a conscience : « Nous avons une grande responsabilité, a-t-elle déclaré au quotidien Les Echos, nos inspecteurs aussi. Les chefs évaluent entre 10 et 100% le gain de chiffre d'affaires lié à l'obtention d'une étoile ».

On sait que les taux de réservation grimpent en quelques jours. En cas de perte, les dommages peuvent être du même ordre, le choc psychologique en sus.

L'économie encore sera au centre de la cérémonie avec huit sponsors - le Michelin leur demande de 200 à 250.000 € : San Pellegrino, Lavazza, Metro, Valhrona, Président Professionnel, Infiniti, Lenôtre et DeliFrance.

Aux pianos, il y aura notamment Reine et Nadia Sammut de l'Auberge de la Fenière (une étoile à Lourmarin) ainsi que Maxime Frédéric, le pâtissier des restaurants de l'Hôtel George V (Paris 8e), dont celui du Cinq de Christian Le Squer (trois étoiles). Avec son extraordinaire Fleur de vacherin.

En attendant le 5 février, jour de la cérémonie pendant laquelle aussi un hommage devrait être rendu à Paul Bocuse, bon appétit et large soif !
 

Guide Michelin France 2018 : J-3, une cérémonie événementielle et un débat polémique autour des étoiles
Guide Michelin France 2018 : J-3, une cérémonie événementielle et un débat polémique autour des étoiles
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article