Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

L'Argot des francs buveurs, à lire en faisant le geste qui sauve le vigneron : épaulé jeté !
L'Argot des francs buveurs, à lire en faisant le geste qui sauve le vigneron : épaulé jeté !

, "Arracher une betterave", c'est boire une bouteille de vin rouge. C'est ce que nous raconte Jean-Marc Richard, docteur ès lettres, passionné de linguistique, dans "L'Argot des francs buveurs".

"Encore quelques pas et voici un café qui abrite à la fois les pires représentants de la cloche, les artisans du coin, relieurs, plombiers, serruriers, et le gratin du marché Biron [aux Puces de Saint-Ouen]. Boire un litre de rouge se dit ici "arracher une betterave" et la fréquentation assidue de Robert Giraud et Pierre Chaumeil tendrait à faire passer l'endroit pour un mauvais lieu."

La citation explicative de cet argot des francs buveurs est extraite des "Mauvais lieux des environs de Paris" d'Ange Bastiani (Balland, 1970). La référence à deux gentilhommes de la bistrologie qu'étaient Robert Giraud, dit Bob, - il a notamment écrit "Le Vin des Rues" (Denoël, 1955) - et Pierre Chaumeil, grand buveur devant l'Eternel qui arpentait le Paris des zincs à mobylette, n'est d'ailleurs pas innocente. Ces deux-là étaient notamment des piliers d'un haut lieu de la Butte Montmartre, "Aux Négociants" (rue Lambert, 18e).

René Fallet, lui, dans "La Grande Ceinture" (Denoël, 1956), dit "Siffler une betterave" :

-"Vous buvez beaucoup, monsieur Juju.

- Pensez-vous, mon enfant, pensez-vous ! J'ai l'habitude. Une fois chez Oscar, j'ai enterré Paulo. On avait fait un match au vin rouge, eh bien Paulo, je l'ai rétamé. Et pourtant, vous savez, Paulo, c'est un mec qui siffle une paire de betteraves aussi vite que je joue "Caporal Con" à la guitare !"

L'alcool, on le voit, inspire les plumes et sait faire palpiter la langue française. S'il existe des chansons à boire, il est aussi tout un langage coloré dont usent les francs buveurs au cours de leurs libations.

"L'Argot des francs buveurs" recense quelque cinq cents expressions pittoresques et parlantes chez une centaine d'autres de 1900 au début du XXIe siècle. Ecrivains, chroniqueurs, romanciers de polars et de bandes dessinées, vous croiserez Alphonse Boudard, Auguste Le Breton, Maurice Fombeure, Jean Galtier-Boissière, René Fallet, San Antonio, Robert Giraud bien sûr et son "Argot du bistrot" (Marval, 1989), Claude Duneton, François Cérésa, mais aussi Georges Brassens, Serge Gainsbourg et Pierre Perret.

Ce coquetèle érudit plein d'esprit et de saveur se déguste épaulé jeté ! A lire sans modération ! Bonne lecture, bon appétit et large soif !

- "L'Argot des francs buveurs", Jean-Marc Richard, Les Editions de Paris, 2007.
 

Bob Giraud, photo Georges Dudognon
Bob Giraud, photo Georges Dudognon

Bob Giraud, photo Georges Dudognon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article