Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

Rouge de honte : Ribaut et Desclozeaux châtient bien le Michelin !
Rouge de honte : Ribaut et Desclozeaux châtient bien le Michelin !


A sa parution, voilà six ans, le livre a échappé à ma sagacité de lecture. Chacun peut aujourd'hui utilement redécouvrir "Rouge de honte", une biographie non autorisée du Michelin, concoctée par Jean-Claude Ribaut et illustrée par le dessinateur en verve qu'est Desclozeaux.

Jusqu'à voilà quelques années, Jean-Claude Ribaut était la plume chroniqueuse et gourmande hebdomadaire du quotidien Le Monde et Desclozeaux son complice pour le trait. Là, ils se sont associés pour railler la bible Michelin, arbitre des élégances gastronomiques depuis la dernière année du 19e siècle, 1900.

L'ouvrage est plus anecdotique que critique, mais il éclaire bien les dérives qui sont la marque du Michelin d'hier comme d'aujourd'hui. A travers les changements de direction, la communication hasardeuse, voire même tapageuse, les péripéties épiques - parfois saugrenues - qui émaillent les parutions, Jean-Claude Ribaut dessine une biographie bien évidemment non autorisée qui fait mouche, et colle encore aujourd'hui à l'actualité. Le constat est souvent instructif, humour en sus, sur le mode ironique souvent, rarement méchant, convenons-en, parce que qui châtie bien, aime aussi. 

Au chapitre des anecdotes, Jean-Claude Ribaut note qu'en 1934 une ancienne maison close de Miramar (Alpes-Maritimes), Chez Paquay, se voit accorder trois étoiles - d'ailleurs aussitôt retirées en 1935 -, alors que Lapérouse, réputé pour ses salons fréquentées par les cocottes et leurs généreux protecteurs, souvent des hommes politiques, les avaient obtenues en 1933, pour ne les perdre qu'en 1969. Il relève aussi l’histoire de cet inspecteur qui annonce, en 1958, sa première étoile à Charles Barrier tout en essayant de lui vendre du champagne et qui fût remercié ipso facto par le Michelin. L'attitude du grand Jacques Manière, dans son bistrot populaire de Pantin - où il préparait aussi des centaines de crèmes caramel pour l'usine voisine -, est aussi évoquée : il avait gentiment tancé un inspecteur se plaignant des toilettes à la turque en lui demandant s'il était venu pour "manger ou pour ch...". Il raconte aussi comment les dizaines de milliers d'exemplaires d'une édition belge mise au pilon parce qu'y avait été annoncée la promotion d'un restaurant pas encore ouvert, tout comme les révélations d'un ancien inspecteur à travers un livre. 

On se régalera au fil des pages d'un ouvrage plaisant et un brin moqueur qui se lit d'une traite. Bonne lecture, bon appétit et large soif !

"Rouge de Honte", de Jean-Claude Ribaut et Desclozeaux (Menu Fretin, 128 pages, 14 €).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article