Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

Henri Jayer : la vente des dernières bouteilles du Roi du pinot noir totalisent 29,8 millions d'euros
Henri Jayer : la vente des dernières bouteilles du Roi du pinot noir totalisent 29,8 millions d'euros

 
Les 1064 pièces de la vente, pas une de plus, 855 bouteilles et 209 magnums ont été vendues pour la somme record de 29,8 millions d'euros qui confirment que les vins du Bourguignon Henri Jayer - décédé à 84 ans en 2006 - sont bien les plus chers du monde. 

La vente - qui a eu lieu au Domaine de Châteauvieux, sur les hauteurs de Genève - a duré six heures au terme desquelles les estimations de départ - entre 5,7 et 11,2 millions d'euros - ont donc été largement dépassées. Une centaine d'enchérisseurs provenant du monde entier ont cherché à s'emparer des ultimes crus du "Roi du pinot noir".

Un lot d’une série de quinze magnums du mythique Cros-Parantoux, Vosne-Romanée Premier Cru allant de 1978 à 2001, a trouvé preneur à plus d’un million d'euros, alors qu'il était estimé entre 237.000  et 406.000 €. Un autre lot de six magnums de Cros-Parantoux, Vosne-Romanée Premier Cru de 1999 a fait monter les enchères à 457.285 euros quant il était estimé entre 93.230 et 186.450 euros. Une seule bouteille de Richebourg 1986 est même partie à plus de 43 500 euros pour une estimation entre 6.780 et 13.560 €.

Tous les vins provenaient de la cave personnelle de Henri Jayer, dans l'état où il  les avait laissés au moment de son décès en 2006. Ils étaient embouteilles et mis sur pile, selon la tradition bourguignonne, non capsulés et non étiquetés. Ce n'est que pour la vente que les lots ont été capsulés et étiquetés.

Henri Jayer a été l’un des premiers à affirmer que l’élaboration d’un grand vin commence dans les vignes et passe également par une maîtrise des rendements.

Né le 6 février 1922 à Vosne Romanée, Henri Jayer fait ses études à l'Université des Sciences de Dijon et est titulaire d'un diplôme national d'oenologie et est vigneron depuis 1944, profitant d'un héritage de 3 hectares pour commencer à produire sous son nom. Il a longtemps, à partir de 1988, conseillé le Domaine Méo-Camuzet.

Dès ses débuts, il s’oppose à l’usage intensif de substances chimiques dans les vignes et défendit la pratique du labour pour lutter contre les mauvaises herbes. C’est lui aussi qui donne ses lettres de noblesse au premier cru Cros Parantoux, petit vignoble d’à peine un hectare, issu de terre à topinambours. C’est ce vin qui fait sa réputation et contribue aujourd'hui à faire de lui une légende.

« Ces bouteilles et magnums de sa réserve personnelle étaient un peu comme son laboratoire… Une manière de voir vieillir ses crus au fil des ans », ont raconté ses filles Lydie et Dominique à l'AFP, ajoutant que cette vente constituait la totalité des flacons que leur père avait patiemment accumulés tout au long de sa vie.

Dans son ouvrage "Le Monde du Vin, Art ou Bluff" (Editions du Rouergue, 1994), Guy Renvoisé écrivait : "Tout le monde n'est pas Henri Jayer", vantant les choix de l'homme en faveur de la qualité plutôt que celui de la rentabilité. Cette vérité trouve une remarquable illustration dans le résultat de cette vente aux enchères qui fera date. Bon appétit et large soif !
 

Henri Jayer : la vente des dernières bouteilles du Roi du pinot noir totalisent 29,8 millions d'euros
Henri Jayer : la vente des dernières bouteilles du Roi du pinot noir totalisent 29,8 millions d'euros
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article