Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

Roxane Debuisson, une grande dame gastronome, nous a quittés
Roxane Debuisson, une grande dame gastronome, nous a quittés

 

Elle était viscéralement parisienne. Elle habitait boulevard Henri-IV dans le 4e. Roxane Debuisson est décédée le 24 juin à l'âge de 91 ans. C'était une mécène de la gastronomie. Une cérémonie religieuse se tiendra le 2 juillet en l'Eglise Saint-Paul Saint-Louis, rue Saint-Antoine (Paris 4e) et l'inhumation aura lieu au Père-Lachaise (Paris 20e).

"Pour moi, disait-elle, Alain Ducasse et Joël Robuchon, ne sont que des hommes d'affaires". Elle, ce pourquoi elle allait chaque jour au restaurant pendant plus de cinquante ans, c'était les cuisiniers, ceux qui l'accueillaient à table, chez qui elle se rendait derrière les pianos.

Les chefs qu'elle portait aux nues s'appellent Gérard Besson rue du Coq Héron (Paris 1er) - "Il ne m'a jamais déçu" -, Christian Constant quand il était encore au "Crillon" place de la Concorde (Paris 8e), Claude Peyrot du "Vivarois" (Paris 16e) ou encore le grand Bernard Pacaud de "L'Ambroisie" (Paris 4e) pour son chausson aux truffes - "Une des sept merveilles du monde" -, mais d'autres aussi comme Eric Fréchon, quand il n'était pas encore trois étoiles Michelin, plus modestement installé dans le 19e, là où je l'avais rencontrée.

Chaque jour donc, elle se rendait en Rolls Phantom V de couleur bleu marine, voire même dans une Citroën CX du modèle de celui utilisée en 1995 par Jacques Chirac lors de son élection à la Présidence de la République. A l'issue de ces déjeuners - avec son rituel champagne Ruinart Blanc de blancs -, elle distribuait de généreux pourboires au personnel.

Cette "marraine des cuisiniers" organisait aussi chaque 3ème jeudi du mois, un fameux casse-croûte matinal auquel se rendait le gratin de la restauration parisienne.

Ces dernières années, on la voyait moins en ville, mais ce sont les cuisiniers qui se rendaient chez elle, dans son appartement musée parisien. Un jour Gérard Besson, un autre Jean-Louis Nomicos ou Gabriel Biscay.

Ce fût aussi une collectionneuse hors-pair de tout ce qui touchait à la ville de Paris. Elle avait commencé au moment de la découverte d'un livre rare, "Paris à travers les âges", du peintre et architecte Théodore Hoffbauer. Elle n'a jamais faibli au cours de sa vie, additionnant 3.000 livres, une collection complète du "Monde illustré", 50.000 cartes postales, du "Bottin" de 1798 à 1932, 70.000 factures de commerces parisiens de 1800 à 1940, des enseignes, des objets d'art et, même, une fontaine Wallace.

Dans un livre, "Paris des illusions", qu'elle a signé avec Jean-Marc Léri en 1984, on retrouvera ce parcours militant, culturel et de mémoire. Pour sa part, Robert Doisneau, le grand photographe de Paris, dans un documentaire de François Porcile qui lui était conscré, "Robert Doisneau, badaud de Paris, pêcheur d'images", l'avait rencontrée en 1981.

Au revoir Madame et, là où vous êtes maintenant, bon appétit et large soif !
 
 

Un des objets de sa collection
Un des objets de sa collection

Un des objets de sa collection

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article