Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

V.E.P., ça vous dit quelque chose ?
V.E.P., ça vous dit quelque chose ?
V.E.P., ça vous dit quelque chose ?
V.E.P., ça vous dit quelque chose ?

Vieillissement exceptionnellement prolongé, V.E.P., c'est ici la Chartreuse, la célèbre liqueur fabriquée par les Pères Chartreux à Voiron dans l'Isère jusqu'en juin 2017, moment où ils installent une nouvelle distillerie à Aiguenoire sur la commune d'Entre-Deux-Guiers (38380), dans la plaine du Guiers, à la limite occidentale du massif de la Chartreuse.

La construction de ce nouveau site a principalement fait appel à des savoir-faire locaux (circuit court bois de chartreuse pour la charpente de la distillerie etc…), et à d’autres plus lointains notamment pour les alambics et pour les tonneaux.
 
Aiguenoire, ancien terrain des chartreux de 1618 à 1789, signe un véritable retour aux sources pour les liqueurs Chartreuse. Ce nouveau site de production - la 7ème distillerie de l'histoire des Chartreux - permet aux moines chartreux de pérenniser un savoir-faire unique vieux de plus de 400 ans, tranquillement, selon le temps long que leur impose le vieillissement de leurs liqueurs.
 
Seuls les Pères Chartreux connaissent les noms des 130 plantes utilisées pour faire les liqueurs Chartreuse. Ce sont deux chartreux, Dom Benoit et Frère Jean-Jacques, qui sont en charge de la fabrication.
 
La distillation
 
Les 24 tonnes de plantes nécessaires chaque année sont livrées par différents fournisseurs au Monastère de la Grande-Chartreuse à Saint-Pierre-de-Chartreuse.
 
La « salle des plantes » se trouve dans l’ancienne boulangerie du monastère. Là, les plantes séchées sont triées, broyées, pesées et mélangées selon la recette de 1605. Puis, elles sont livrées à la distillerie d’Aiguenoire à Entre-Deux-Guiers dans des grands sacs numérotés.
 
Au 1er étage de la distillerie, dont l’accès est réservé aux moines distillateurs et aux salariés autorisés chargés de les aider pour la distillation, les plantes sont mises à macérer dans de l’alcool, par familles de plantes.
 
Puis, les mélanges d’alcool et de plantes, appelés macérations, sont versées dans les alambics.
La distillation dure environ 8 heures. Dans le double fond de l’alambic circule de la vapeur d’eau. Sous l’effet de la chaleur, l’alcool prend le parfum des plantes et s’évapore dans la partie supérieure.
Il se condense ensuite dans un serpentin qui baigne dans de l’eau froide. On obtient à la fin de la distillation un liquide appelé alcoolat. Chaque série de plantes donne un alcoolat différent. Ces différents alcoolats sont ensuite mélangés, additionnés de miel distillé, de sirop de sucre et de plantes qui donnent à la liqueur sa couleur naturelle.
 
Les Chartreux sont les seuls liquoristes au monde à connaître le secret de la coloration verte par les plantes. Depuis le 19e siècle les Chartreux se servent des alambics en cuivre, encore utilisés de nos jours pour certaines séries de liqueurs et des expériences. La majeure partie de la distillation était effectuée dans des alambics en inox à Voiron. Dans la nouvelle distillerie, les Chartreux ont tenu à revenir aux alambics en cuivre. 
 
Ces alambics, conçus spécialement pour les Chartreux, ont été mis au point pour permettre un contrôle très précis du déroulement de la distillation. Désormais, ils peuvent même intervenir du Monastère, par informatique, évitant ainsi aux moines de trop quitter leur vie de contemplation. Avant d’être mise à vieillir, la liqueur est contrôlée par les Chartreux dans le laboratoire de la distillerie.
 
La plus longue cave à liqueurs du monde à Voiron
 
Si la fabrication des liqueurs de Chartreuse est assurée à Entre-Deux-Guiers depuis novembre 2017, la plus longue cave à liqueur du monde de Voiron garde, quant à elle, de la liqueur en vieillissement dans ses foudres en chêne.
 
Après plusieurs années, la liqueur est analysée par les Chartreux qui sont seuls à décider si elle est prête à être embouteillée et commercialisée.
 
La V.E.P.
 
Le vieillissement de la liqueur V.E.P. a lieu dans les antiques foudres de chêne de la distillerie de la Chartreuse. La quantité disponible chaque année est strictement limitée. Pour preuve, l'indication sur chaque bouteille d'un numéro de série. Pour la mienne, la n° 1.089 pour une mise en bouteille en 2001 (photo).
 
La Chartreuse - que l'on doit conserver debout - continue de s'améliorer, bien que plus lentement. Avec les années, la Chartreuse perd toutefois un peu de son degré et de sa couleur, mais elle gagne toujours en moelleux et en finesse.
 
La bouteille et le cachet de cire de la Chartreuse V.E.P. sont exactement conformes à la présentation utilisée par les Pères Chartreux jusqu'en 1840.
 
Bon appétit bien sûr et, évidemment, large soif, avec modération !
 
- Chartreuse Diffusion : 33 (0)4 76 05 81 77. 10, boulevard Edgar-Kofler (38500 Voiron).
- Renseignements au Service des visites : 04.76.05.90.34.
V.E.P., ça vous dit quelque chose ?
V.E.P., ça vous dit quelque chose ?
V.E.P., ça vous dit quelque chose ?
V.E.P., ça vous dit quelque chose ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article