Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

Romanée-Conti : une vente aux enchères à plus de 10 millions d'euros
Romanée-Conti : une vente aux enchères à plus de 10 millions d'euros
Romanée-Conti : une vente aux enchères à plus de 10 millions d'euros
 

Ce week-end dernier, à Genève en Suisse, un record a été battu par la vente aux enchères de 1.363 bouteilles, 158 magnums et 3 jéroboams de vins de la Romanée-Conti pour plus de 10 millions d'euros.
 
Un ensemble de douze bouteilles de Romanée-Conti allant de 1937 à 1991, le lot n° 174, a été le plus cher de la vente : il a été adjugé à 486.600 euros.
 
Il s'agissait de la vente aux enchères d’une collection privée de plus de 1 300 bouteilles du Domaine de la Romanée-Conti (Bourgogne) qui a donc atteint dimanche un total de 11,6 millions de francs suisses (10,2 millions d’euros) sous le marteau de la maison genevoise Baghera Wines.
 
Toutes les  bouteilles étaient issues de la cave personnelle d’un collectionneur européen qui a souhaité garder l'anonymat. Estimée au départ à un peu plus de 4 millions d'euros, la vente a largement dépassé les prévisions.
 
Le lot 174 de la vente donc, un ensemble de douze bouteilles de Romanée-Conti allant de 1937 à 1991, a été le plus cher de la vente, atteignant 486.600 euros. Mais d'autres lots, le 173 (trois magnums de Romanée-Conti 1934, 1953 et 1971, estimés à entre 41.670 et 83.330 euros) a été adjugé pour 217.000 euros, et le 195 - 15 bouteilles de Montrachet - a trouvé preneur à 195.800 euros.
 
Des acheteurs d'abord asiatiques
 
Selon M. Ganne, le directeur de la maison Baghera Wines, les acheteurs étaient pour 70 % asiatiques et 15 % français.
 
Quant au vendeur de cette exceptionnelle collection de Romanée-Conti, il restera anonyme, mais on sait néanmoins que tous les vins provenaient d’une
«seule cave privée européenne», pour cette vente aux enchères qui avait été organisée sous l'intitulé "The secret cellar of an European collector", "La cave secrète d’un collectionneur européen".
 
En effet, dans la cave impressionnante de ce collectionneur s’en trouvait une autre dissimulée, dont lui seul et son épouse connaissaient l’existence, et où étaient entreposés «les vins les plus prestigieux et les plus recherchés», parmi lesquels les bouteilles du Domaine de la Romanée-Conti.
 
Les enchères pour les bouteilles de vin de la Romanée-Conti avaient déjà été battues à New York le samedi 13 octobre dernier. Une bouteille de Romanée-Conti 1945 avait été vendue 558.000 dollars, un prix jamais atteint pour cette bouteille - à l'étiquette tachée - qui était une des 600 produites pour ce millésime, considéré comme exceptionnel.
 
Le domaine de la Romanée-Conti est situé sur une parcelle de moins de deux hectares et ne produit aujourd’hui qu’entre 5.000 et 6.000 bouteilles par an sur la Côte-de-Nuits, une bande de coteaux située au nord de la Côte-d'Or.
 
Il faut aussi rappeler que l'un des deux co-gérants de la Romanée-Conti, Henry-Frédéric Roch, est décédé voilà peu à 56 ans, le 17 novembre 2018 d'un cancer foudroyant, relançant ipso facto d'éventuelles spéculations sur l'avenir de cette mythique propriété.
 
Autres records
 
Le record pour une bouteille de vin de contenance standard était jusqu’ici de 233.000 dollars pour un Château Lafite- Rothschild de 1869, adjugé lors d’une vente à Hong-Kong en 2010. La même année, une Impériale (6 litres) de Château Cheval-Blanc 1947 a été achetée pour 304.000 dollars, à l’issue d’enchères organisées à Genève.
 
Quelques minutes plus tard, lors de la même vente, une autre bouteille de Romanée-Conti millésime 1945 avait été adjugée 496.000 dollars, établissant le deuxième prix le plus élevé jamais vu aux enchères pour du vin.
 
Les lots de cette vente provenaient de la collection personnelle de Robert Drouhin qui dirigea la maison Joseph Drouhin de 1957 à 2003, l'une des plus importantes de la Bourgogne.
 
Mais en juin 2018, la "vente du siècle" était celle de la collection du maître du pinot noir, Henri Jayer, décédé en 2006 à 84 ans. La vente était également organisée par Baghera Wines à Genève. Elle culminait à 1.064 bouteilles et magnums, toutes extraites de la cave personnelle de Henri Jayer et qui n'avaient jamais bougés, pour près de 30 millions d’euros, un montant pulvérisant toutes les estimations.
 
L’ensemble des flacons était en effet estimé par les experts entre 5,7 et 11,2 millions d’euros. Le lot 160, le plus cher – une série de quinze magnums de Cros-Parantoux, Vosne-Romanée Premier Cru, allant de 1978 à 2001 – a pulvérisé les estimations, le lot ayant trouvé preneur à plus d’un million d’euros alors qu’il était estimé entre 237.000 et 406.000 euros.
 
Quoiqu'il arrive le marché du vins atteint des niveaux de prix que de nombreux acteurs et experts du vin considèrent comme excessifs, favorisant plus la spéculation intense que l'amour réel du vin.
 
Large soif quand même !
Romanée-Conti : une vente aux enchères à plus de 10 millions d'euros
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article