Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

Gastronomie : quoi de neuf mercredi, ça vous dit quelque chose ?

 

Depuis le début de l’année, cette rubrique « Quoi de neuf ? » vous informe de l’actualité gastronomique et du vin.

Cette semaine, deux mouvements dans la gastronomie parisienne, les associés du restaurant Saturne, étoilé Michelin, Sven Chartier et Ewen Le Moigne se séparent et, de son côté, Christophe Hache quitte L’Ecrin de l’Hôtel de Crillon. L’ancien chroniqueur du quotidien Le Monde, Jean-Claude Ribaut, reprend la plume. L’ancienne Maison d’arrêt de Chartres pourrait être transformée en Musée de la Boulangerie. Mèmère Paulette dans le 2e à Paris reprise par les Sendra. Mathieu Pacaud ouvre à Saint-Germain-des-Prés. La maison Bocuse va ouvrir une brasserie vers le Louvre à Paris. Eataly ouvre dans le Marais à Paris. Jérôme Bocuse s’interroge à propose du Michelin. Le dîner de 250 chefs du monde à l’Abbaye de Collonges en hommage à Monsieur Paul.

-          Ouvert le 14 septembre 2010, Saturne, anagramme de « Nature (s) », par Sven Chartier le cuisinier formé chez Passard et ensuite chez Racines (époque Jancou), et Ewen Le Moigne, l’homme du vin, c’est fini : les deux hommes cessent leur collaboration. Que deviendra l’endroit ? L’affaire est à suivre, sachant que Ewen Le Moigne conservera le Clown Bar, près du Cirque d’Hiver dans le 11e. Le Michelin avait accordé l’étoile à Saturne en 2016 et l’a confirmée en 2019.

 

-          Christophe Hache, le chef du restaurant L’Ecrin de l’Hôtel de Crillon, place de la Concorde à Paris 8e, va s’installer à son compte en avril à Eygalières dans les Bouches-du-Rhône, reprenant la Maison Bru qui, jadis, a eu deux étoiles Michelin, de 2005 à 2010. Son dernier service se tiendra le 31 janvier.

 

-          Jean-Claude Ribaut qui tenait la chronique gastronomique du quotidien Le Monde de 1993 à 2012, après le très controversé Robert Courtine, alias La Reyniere, qui fût un collaborateur pendant la Deuxième Guerre mondiale, reprend la plume en donnant une chronique hebdomadaire au site Atabula. Sous l’intitulé « Aigre-doux », son premier texte est consacré au Guide Michelin 2019, « Pour que tout change, il faut que rien ne change », une idée que j’ai voilà déjà bien longtemps développé, au fil des ans, dans les pages de toutnestquelitresetratures !

 

-          Jean-Pierre Gorges, le maire de Chartres, envisage de transformer l’ancienne Maison d’arrêt de Chartres, fermée en 2014, en Musée de la boulangerie, avec une vocation internationale (200.000 visiteurs attendus chaque année). Il faudra d’abord que la ville rachète l’ancien couvent devenu prison à l’Etat. Affaire à suivre.

 

-           Vous ne connaissez pas Mémère Paulette à Paris 2e près de la Bourse ? Eh bien, c’est désormais trop tard, parce que le lieu va être repris par Sarah et Sylvain Sendra que j’avais connu dans le 11e rue Paul-Bert et qui, ensuite, avait obtenu l’étoile Michelin à Itinéraires dans le 5e. L’ouverture est prévue en avril.

 

-          Mathieu Pacaud devrait reprendre prochainement l’ex-Petit Zinc dans le 6e à Paris, près de l’église de Saint-Germain-des-Prés.

 

-          C’est désormais confirmé. Alors que Paul Bocuse avait toujours refusé d’ouvrir un restaurant à Paris, Jérôme Bocuse va le faire d’ici juin 2019. Ce sera une brasserie, dans le périmètre du Louvre dans le 1er.

 

-          Eataly, le concept-store italien fondé à Turin au Lingotto et inspiré par le mouvement international Slow-Food, va ouvrir en avril dans le Marais (Paris 4e). En partenariat avec les Galeries Lafayette, Eataly proposera plus de 1.200 références de produits alimentaires sur 4.000m2.

 

-          Jérôme Bocuse qui, désormais, a pris la succession de Paul Bocuse, à la fois à la tête de la Maison de Collonges-au-Mont-d’Or et du Bocuse d’Or qui se tient en ce moment dans le cadre du Sirha à Lyon, s’interroge à propos du Guide Michelin dans un entretien accordé à Lyon Capitale. « Je ne remettrait jamais en cause les décisions des inspecteurs du Michelin », déclare-t-il, en ajoutant : « Mon père avait beaucoup de respect pour le guide. Mais je me pose la question, de nombreux chefs se posent la question sur la crédibilité du guide. Marc Haeberlin, c’était cinquante ans de trois étoiles. Même si elles ne peuvent pas être acquises à titre permanent, il y avait une certaine légitimité. C’est comme pour Marc Veyrat. On lui accorde trois étoiles l’année dernière et on lui en retire une cette année. Il y a des interrogations ». Et de conclure par une interrogation qui semble aujourd’hui plus que jamais dans les esprits : « Peut-être que le système Michelin est un système qui a fait son temps et n’est plus adapté ? ».

 

-          En marge du Sirha à Lyon, hier, un grand dîner en hommage à Paul Bocuse a eu lieu à l’Abbaye de Collonges en présence de 250 chefs du monde et pas moins de 300 invités. Les plats de la mémoire de Monsieur Paul ont été servis : le loup en croûte feuilletée, la poularde de Bresse en vessie et la tarte Tatin. En amuse-bouche, il y avait le fameux jambon de porc noir de Patrick Duler du Domaine de Saint-Géry de Lascabanes dans le Lot accompagné de la Cuvée Louise de Pommery. Et, aussi, à tabl e, le saint-joseph Les Granges de la maison Chapoutier.

Gastronomie : quoi de neuf mercredi, ça vous dit quelque chose ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article