Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

Guide Michelin France 2019 : J-1, 75 nouvelles étoiles et une révolution de palais annoncée !
Guide Michelin France 2019 : J-1, 75 nouvelles étoiles et une révolution de palais annoncée !
Guide Michelin France 2019 : J-1, 75 nouvelles étoiles et une révolution de palais annoncée !

A la veille de la publication du Guide Michelin France 2019, nous savons désormais qu’il y aura 75 nouvelles étoiles de plus, réparties entre les trois étoiles, deux et une.

Ce qui veut dire qu’il y aura environ une bonne soixantaine de nouvelles tables à une étoile, et peu ou prou le même nombre de restaurants qui la perdent. Ceux qui perdent la troisième, la deuxième et leur unique étoile ont été prévenus aujourd’hui par la direction du Guide.

C’est une petite révolution de palais qui s’annonce avec de grosses surprises. Marc Veyrat qui avait retrouvé sa troisième étoile en 2018 la perdrait tout comme Pascal Barbot à L’Astrance à Paris 16e ainsi que L’Auberge de l’Ill de la famille Haeberlin à Illhauesern. A Paris 1er, Alain Dutournier au Carré des Feuillants tomberait à une étoile alors qu'il en avait deux.

Dans ces conditions, quid du cas de Paul Bocuse à Collonges-au-Mont-d’Or. Bien sûr un an après la disparition de M. Paul, ce serait mal venu de retirer la troisième étoile, même cruel. Mais pourtant, de manière insidieuse, la rumeur se propage, nombres d’observateurs avisés indiquent que voilà bien des années que le restaurant ne la méritait plus. Alors…

Côté rumeurs plus ou moins persistantes, cela pourrait être l’année de Jean-François Piège pour la troisième étoile. De même il paraît quasiment certain que la Bretagne devrait retrouver un trois étoiles. Deux circulent avec insistance, Alexandre Couillon à Noirmoutier et Christopher Coutanceau. La Haute-Savoie est aussi en piste avec Laurent Petit au Clos des Sens et Yoann Conte, tous les deux à Annecy ainsi que Jean Sulpice à L’Auberge du Père Bise à Talloires.

Le chroniqueur gastronomique Périco Légasse, lui, dans l’hebdomadaire Marianne, estime que le Michelin « recourt à la méthode habituelle, couper des têtes pour faire du buzz, histoire de faire parler de soi dans la presse ». « Et plus on tape fort, ajoute-t-il, notamment sur les grands, plus la probabilité est forte de défrayer la chronique. »  Sa conclusion : « Avec ce premier échantillon de têtes coupées, il y a fort à parier que le 21 janvier pourra s’intituler « étoiles pour l’échafaud ». Cela tombe bien puisque ce jour-là [demain] nous fêtons l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI. » Ambiance…

A demain donc pour le Jour J. En attendant, bon appétit et large soif !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article