Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

Guide Michelin France 2019 : J-7, quid des promotions étoilées à Paris ?

Paris est le centre de tous les intérêts pour le Guide Michelin. L’édition 2019 pourrait être celle de la remise à l’heure des pendules. Voici donc quelques pistes pour les promotions :

-          3 étoiles 

J’ai déjà indiqué voilà quelques jours les choix possibles, avec Le Grand Restaurant de Jean-François Piège dans le 7e et Clarence de Christophe Pelé dans le 8e.

-          2 étoiles

L’historique Tour d’Argent dans le 5e pourrait retrouver les faveurs du Michelin avec son chef d’expérience Philippe Labbé. David Toutain dans le 7e est plus que jamais dans les tuyaux. Lucas-Carton dans le 8e, avec le jeune chef Julien Dumas est aussi en droit d’espérer. Lasserre, une table mythique du 8e a bien des chances. Antoine dans le 16e, avec le chef Thibault Sombardier et sa cuisine marine, est en bonne voie.

-          1 étoile

Le Capitaine avec Baptiste Day dans le 4e, dont le cursus est exceptionnel – chez Pacaud à L’Ambroisie, Passard à L’Arpège et Barbot à L’Astrance – et s’attend à une consécration. Baieta (bisous en patois niçois), le tout nouveau restaurant de Julia Sedejdjian dans le 5e et qui, bien sûr, valorise la cuisine provençale. L’Abysse dans le 8e, le comptoir à sushis de Yannick Alleno au sein de son restaurant trois étoiles, semble s’inscrire dans la liste. Neso de Guillaume Sanchez dans le 9e où un personnage truculent livre une cuisine très personnelle. L’Abri de Katsuaki Okiyame dans le 10e recueille tous les suffrages pour sa cuisine ciselée.

Pour ce qui est de mes préférences, pourquoi ne pas distinguer Mori Venice Bar dans le 2e pour sa cuisine vénitienne de haut niveau, le 20 Eiffel dans le 7e, où Pascal Toulza est dans la continuité des Vidal, qui avait eu une étoile pendant des lustres, Chez les Anges dans le 7e qui pratique la bonne cuisine du produit, se fournissant chaque jour à Rungis, L’Assiette de David Rathberger dans le 14e qui est l’archétype de la haute cuisine bistrotière, Coretta dans le 17e, une table éco-responsable signée par Beatriz Gonzales.  

Allez, voilà quelques pistes et, demain, qui est un autre jour, des nouvelles des éventuelles promotions en Province. En attendant, bon appétit et large soif !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article