Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

Gastronomie : quoi de neuf ce mercredi, ça vous dit quelque chose ?

 

Chaque semaine, je vous donne des nouvelles fraîches des événements de la gastronomie et du vin. Ce mercredi, le tout nouveau Meilleur sommelier du monde, l’Allemand Marc Almert, et notamment, les embarras du Michelin dans les Vosges et dans le monde.

 

-         Le verdict est tombé ce dernier week-end au Queen Elisabeth Hall d’Anvers en Belgique : le nouveau Meilleur sommelier du monde 2019 est un Allemand originaire de Köln de 27 ans, Marc Almert, qui officie en Suisse à Zürich, dans le restaurant du palace Baur au Lac, tout récemment honorée d’une deuxième étoile Michelin. C’est la première fois qu’il participait à l’épreuve, alors qu’il avait remporté le titre de Meilleur sommelier d’Allemagne en 2017. Le représentant de la France, David Biraud, a terminé 12e. Il a immédiatement indiqué qu’il ne participerait plus au concours mondial (après avoir déjà obtenu par deux fois, une médaille d’argent et une de bronze). Lancé en 1969 à Bruxelles, le concours de Meilleur sommelier du monde fêtait ses 50 ans.

 

-         Pour déguster le classique sandwich jambon beurre cher aux Parisiens, allez désormais dans la toute nouvelle échoppe de « Lebon », sous-titrée « L’authentique casse-croûte », sise entre Saint-Germain-des-Prés et Montparnasse (à cinq minutes de la gare). C’est là que le jeune Léo Berbesson vous régale avec une baguette tradition aux farines anciennes de la Maison Kohler (Paris 14e) à la mie joliment alvéolée, au jambon sans nitrites de Dubernet, au beurre de baratte de Beillevaire et, en sus, des cornichons français. Mais il y en aussi d'autres, tous préparés à la minute, et même un avec du poulet label rouge à la mayonnaise maison. Miam, miam ! – « Lebon », 91, rue de Rennes (Paris 6e, tél. : 01 43 21 67 47. Fermé dimanche).

 

-         Un petit chef-d’œuvre 100 % made in Portugal qui a été désigné par le top 50 des meilleurs vins du Wine Spectator en 2017. C’est la Quinta das Carvalhas, un domaine plus que bi-centenaire (1759) qui s’étend sur les berges du Douro et qui conjugue une tradition ancestrale et une technologie moderne, autant que la connaissance, l’analyse scientifique, et un réel plaisir. Cette cuvée est un mono-cépage de touriga nacional, le cépage autochtone de la région. Elle est élevée pour 50 % en fûts de chêne français. Issue de parcelles exposées au nord, elle bénéficie de la fraîcheur de son terroir. Notes florales et de fruits noirs et épices douces sont au rendez-vous, la cuvée offre une palette aromatique et une matière serrée. Finesse et puissance s’équilibrent avec aise pour ce vin à boire à la régalade. Il est en vente sur le site de www.vivino.com au prix de 14 €.

 

-         L’ancien Beauvilliers qui eut son heure de gloire avec Edouard Carlier et aujourd’hui s’appelle Le Chamarré, a été repris par Laurent Magnin et sa compagne Sophie Keller. Ce natif de Lausanne – et qui a fait ses universités gourmandes à Crissier en Suisse dans l’incomparable Hôtel de Ville de l’époque Philippe Rochat – avait obtenu une étoile Michelin en 2018 à Paris, rue Lamarck, à l’enseigne de L’Arcane : au numéro 39, alors que sa nouvelle adresse se trouve au 52. Il n’aura qu’à traverser la rue quittant ce qui deviendra Le Petit Arcane.

 

-         C’est le 12 avril dans le Marais qu’ouvrira Eataly, l’enseigne inspirée par Slow Food voilà déjà des années à Turin et qui fait désormais florès à New-York, Stockholm, Tokyo et Dubaï. L’adresse consacrée à l’Italie sur 4.000 m², dont 2.500 m² pour l’épicerie fine, 800 vins de la Botte et une dizaine de points de restauration ainsi qu’une cour intérieure pour les fruits et légumes. Le gestionnaire de l’ensemble, ce sont les Galeries Lafayette qui entendent y servir 2.500 couverts par jour. –  Eataly. 35-37, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie (Paris 4e).

 

-          Gwendal Poullennec, le Directeur international des Guides Michelin, a bien eu du mal à répondre aux questions dans l’émission « Complément d’enquête » diffusée récemment sur France 2. Pour les suppressions d’hôtels et de restaurants dans les Vosges, tout juste s’est-il contenté de répondre qu’il n’y avait aucune correspondance entre le site de réservation (payant) et l’équipe d’inspecteurs du Guide. De même, concernant le financement de certaines éditions à l’étranger, il a assuré que ces financements – qu’il confirme – n’impactaient aucunement les jugements des éditions concernées. La Thaïlande avait financé à hauteur de 800.000 dollars, la Corée du Sud 350.000 dollars et, récemment, le Guide rouge a reçu 600.000 dollars de l’office touristique Visit California pour financer un guide sur l’ensemble de l’Etat et non plus seulement sur San Francisco.

 

-         Le livre Guiness World Record a validé le17 mars la plus grande tablée du monde : celle qui a été dressée à Rungis pour célébrer les 50 ans du transfert des Halles de Paris en 1969. Elle mesurait 401,02 mètres et elle a réuni 2.500 couverts qui ont dégusté fruits de mer, une terrine de fesse de cochon,  volaille en gelée, bœuf au barbecue, de l’époisses et de la tarte aux pommes. Et tout en présence de personnalités du monde politique, de la gastronomie et des medias, parmi lesquels le MOF Guillaume Gomez, chef de l’Elysée, et Christophe Raoux, chef du Peninsula à Paris qui supervisaient le menu servi par les élèves de l’Ecole Ferrandi à Paris.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article