Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

R... comme Rabelais, ça vous dit quelque chose ?

 

Au moment où l’on fête Leonardo da Vinci, il est un autre personnage qui mérite l’éloge : François Rabelais.

Il fût moine, professeur d’anatomie, mais aussi d’une érudition hors du commun, parlant l’hébreu, le grec et bien d’autres langues vivantes. Rabelais, comme le souligne Anatole France, c’est « l’esprit français ». C’est un humaniste patenté, un joyeux drille, mais surtout un pourfendeur d’illusions comme des idéologies. C’est un rationaliste convaincu qui recherche la vérité et la justice. Il est anticlérical, savant, d’un réel didactisme, d’un verbe de vocabulaire rare et d’une truculence qui est une forme de liberté.

Il a fréquenté un couvent vendéen avant les papes au Vatican. Il a toujours été marginal, en fuite pour échapper aux bûchers de l’inquisition. Son œuvre est une farce déconcertante, il gênait les puissants en même temps qu’il tonnait contre les intolérances.

Il est né en 1483 ou en 1494 et il est mort seul, oublié, sauf, raconte Michel Ragon dans « Le roman de Rabelais », du petit moine franciscain nommé Gilles dont il était le maître et qui arriva près de lui au dernier instant, et auquel il confia dans un dernier souffle, « Je vais quérir un grand peut-être… ». C’était le 9 avril 1553. Les jonquilles recouvraient un tapis doré de l’île voisine.

Il nous reste son œuvre et, notamment, l’oracle de la dive bouteille qui énonce : « Trinch, abreuvez-vous aux sources de la connaissance. Connaître pour aimer, c’est le secret de la vie. Fuyez les hypocrites, les ignorants, les méchants. Affranchissez-vous des vaines terreurs. Etudiez l’homme et l’univers. Connaissez les lois du monde physique et moral, afin de vous y soumettre et de ne vous soumettre qu’à elles. Buvez, buvez la science, buvez la vérité, buvez l’amour. »

Bon appétit et large soif !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article