Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

Guide Michelin : la triche organisée et l’étrange oubli, ça vous dit quelque chose ?

 

 

Mon correspondant à Bruxelles, Jean-Pol Baras (lire l’article déjà publié sur ce blog le 6 août), voyage aussi et il connaît une belle adresse française de Tancarville, l’Hôtel de la Marine, que le Michelin 2019 a rayé de sa sélection, alors que l’adresse était présente depuis 60 années. Histoire de cette triche organisée par le Michelin au profit du tiroir-caisse. Cette dérive a déjà été constatée en d’autres lieux : elle consiste à demander aux restaurateurs et hôteliers d’adhérer – moyennant finances – à la liste Michelin, faute de quoi, ils ne sont plus recensés. C’est ce qui est arrivé à l’Hôtel de la Marine à Tancarville. Jean-Pol Baras raconte.

 

 

 

 Le 19 septembre 1879, Victor Hugo et Juliette passent l’après-midi à Tancarville. « C’est une ruine de forteresse sur une ruine d’écueil. Rien de plus beau » commente-t-il dans son journal, Choses vues. 80 ans plus tard, ce lieu deviendrait célèbre grâce à son pont, à l’époque le plus grand d‘Europe.

 Au pied de cet immense ouvrage d’art, l’Hôtel de La Marine accueille voyageurs et touristes de passage dans un cadre magnifique. On ne perçoit nullement le bruit des moteurs qui vrombissent entre terre et ciel, et de la terrasse ou du jardin, on peut contempler la Seine, déjà très large à cet endroit, qui propose un spectacle de déambulations insolites puisque l’on capte tantôt le passage d’un bateau-mouche, tantôt celui d’une péniche transportant des cargaisons industrielles.

 L’Hôtel de la Marine est bien tenu, les chambres agréables et spacieuses, donnant sur la Seine (évidemment…) et l’on y mange copieusement de bonnes recettes bien préparées, avec surtout les produits de la mer et du marché. Oh ! L’ambition n’est pas grande ! Bien accueillir et bien servir est la devise de la maison et de son chef Jean-Pierre Sedon, par ailleurs Maître-cuisinier de France.

 Le guide Michelin ne s’y était pas trompé. Depuis de nombreuses années, il mentionnait l’établissement avec un commentaire chaleureux, parlant « d’atouts » pour le client, et soulignant l’excellent rapport qualité-prix. A vrai dire, La Marine était citée dans le guide Michelin de manière interrompue depuis 1958, le restaurant obtenant même l’étoile Michelin en 1970 avec le chef Morisse pour son éclair au jambon, le boudin de Saint-Romain et le poulet flambé au calvados.

 L’an dernier, cette maison n’avait pas varié d’un poil. Les propriétaires se préparaient donc à être présentés de la même manière dans l’édition 2019 du Guide rouge. Nada ! L’Hôtel de la Marine ne figure plus dans le Michelin. Il a disparu des radars après plus de 60 années de présence.

Si l’on analyse un peu les raisons éventuelles du retrait, on note que Michelin a lancé un nouveau secteur d’activités appelé L’Assiette (à l’image de la société The fork qui travaille avec La Fourchette), qu’une demande a été formulée à l’Hôtel de la Marine pour y figurer, mais que les propriétaires n’en ont pas vu la nécessité, compte tenu du coût de l’opération.

 Des questions étranges demeurent donc sans réponse : le Michelin serait-il avant tout devenu une entreprise commerciale ? Y a-t-il un rapport entre le refus de participer à L’Assiette et le retrait de la mention ? C’est ce que cette étrange coïncidence laisse supposer.

 C’est donc aussi un étrange oubli qui se renouvelle en d’autres régions. Le Michelin monnaie son inscription à chaque édition. La triche est désormais organisée à l’échelle nationale.

 

  • Hôtel de la Marine. 10, rue du Havre, Tancarville (Seine-Maritime). Au pied du Pont (D982). Tél. : 02 35 39 77 15.

 

Guide Michelin : la triche organisée et l’étrange oubli, ça vous dit quelque chose ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article