Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par roger

Michelin Paris 2020 : les tables nouvellement entrées dans le Guide, du 1er au 8e arrondissemet, ça vous dit quelque chose ?
 
La grand-messe médiatique organisée chaque année - en 2020 présidée de nouveau par Audrey Pulvar, complètement à côté de la plaque -, en dehors des étoilés promus, laisse sous silence les nombreuses tables qui entrent dans l'édition 2020 à Paris.
Inventaire de la situation, arrondissement par arrondissemment, ici jusqu'au 8e en attendant la suite :
 
1er -
Brasserie Louvre - Bocusea : atmostphère parisienne face à la Comédie-Française, le Conseil d'Etat et le Louvre, avec la signature de Paul Bocuse. Place-André-Malraux.

Lumen : un chef japonais au service d'une cuisine italienne mâtinée d'influences contemporaines. Rue des Pyramides.
 
2e -
 
Marcore : un étoilé qui fait bistro, gastro et même à emporter. Rue des Panoramas.
 
Fleur de Pavé : un autre étoilé, Sylvain Sendra que j'ai connu voilà longtemps dans le 11e, qui trousse des assiettes modernes et goûteuses. Rue Paul-Lelong.
 
La Table du 53 : ex-deux étoiles qui signe un registre aujourd'hui plus modeste. Passage des Panoramas.
 
Shabour : un chef israélien pour une cuisine méditerranéenne. Rue Saint-Sauveur.
 
3e - 
 
4e -
 
Le Sergent Recruteur : le joli retour de l'étoilé Alain Pégouret qui fût longtemps aux commandes du restaurant Laurent (8e). Rue de l'Île-Saint-Louis.
 
5e -
 
Solstice : le MOF de l'Ecole Ferrandi, Eric Trochon, fait dans le design culinaire. Rue Claude-Bernard.
 
Affinité : deux associés japonais du restaurant étoilé Alliance (rue de Poissy) proposent une cuisine de bistrot. Boulevard Saint-Germain.
 
Le Bel Ordinaire/Rive Gauche : voilà le deuxième opus de cette table déjà ouverte dans le 10e. Belle cuisine de bistrot laissant la place aux produits. Rue de Bazeilles.
 
Chinaski : un bistrot qui aurait inspiré Bukowski, mais pour une cuisine du marché plus sage. Beaux vins. Rue Daubenton.
 
6e -
 
Estia : des saveurs méditerranéennes proposées par une fratrie passionnée dans une ambiance enjouée. Rue de la Grande-Chaumière.
 
Lapérouse : rénové à grands frais, le mythique restaurant de la fin du XIXe siècle retrouve son lustre et ses petits salons sont toujours aussi prisés. Quai des Grands-Augustins.
 
Brasserie Lutétia : c'est le chef trois étoiles Gérald Passédat (Marseille) qui donne son accent sudiste à la brasserie de l'hôtel éponyme réouvert après d'énormes travaux. Boulevard Raspail.
 
Kodawari Ramen : les ramen produits sur place et servis dans de délilcieux bouillons de volaille des Landes, l'ambiance comme à Tokyo, voilà qui fait le succès maison. Rue Mazarine.
 
7e -
 
Le Jules Verne : avec l'étoile retrouvée, Frédéric Anton, trois étoiles Michelin, prend la succession d'Alain Ducasse. Tour Eiffel.
 
Eclipses : un jeune chef issu des meilleures universités gourmandes (Ledoyen, Apicius, Grand Véfour). Rue de Beaune.
 
Gaya par Pierre Gagnaire :  une cuisine actuelle à tendance marine dans un lieu datant de 1933. Rue de Saint-Simon.
 
Le Gentil : un couple japonais au service d'une cuisine française mitonée au plus près du produit. Rue Surcouf.
 
Piero TT : une trattoria griffée Pierre Gagnaire et mise en scène par un jeune chef passé par l'Enoteca Pinchiorri, trois étoiles Michelin à Florence. Rue du Bac.
 
8e -
 
La Scène : après son départ de l'Hôtel Prince de Galles, Stéphanie Le Quellec signe un brillant retour avec l'ouverture de son restaurant, obtenant deux étoiles Michelin d'entrée. Avenue Matignon.
 
Pavylon : une trentaine de couverts au comptoir pour cette nouvelle table ouverte par Annick Alleno autour de bases classiques. Avenue Dutuit (Carré des Champs-Elysées.
 
Imperial Treasure : la cuisine  de Sanghai dans la salle à manger élégante de l'Hôtel La Clef Ascott. Rue de Bassano.
 
Contraste : deux chefs - un Breton, un Pyrénéen - pour une cuisine élaborée à partir de beaux produits. Et on y aime beaucoup le champagne cuvée Contraste de Sélosse. Rue d'Anjou.
 
Origines : le chef aveyronnais Julien Boscus propose une cuisine actuelle autour de produits sélectionnés. Rue de Ponthieu.
 
Chez Monsieur : banquettes en velours, carrelage à motifs et comtoir en zinc et une cuisine qui va avec et des vins de toutes les régions de France. Rue du Chevalier-de-Saint-Georges.
Bon appétit et large soif !
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article