Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Roger Feuilly

Michelin 2021, anticipation : un guide sponsorisé par Metro et San Pellegrino, ça vous dit quelque chose ?
Michelin 2021, anticipation : un guide sponsorisé par Metro et San Pellegrino, ça vous dit quelque chose ?


Notre ami Vincent Pousson (Blog « Idées liquides et solides ») avait déjà anticipé la situation en 2016. Poussait-il le bouchon un peu loin ou s’agissait-il d’une perspicace anticipation ? 

A l’en croire – et je partage son point de vue -, la gastronomie française est en train de tomber sous la coupe de l’industrie agro-alimentaire. Deux coupables présumés que notre tribunal des flagrants délires a déjà mis en examen, voire même en garde à vue (c’est d’actualité) : premier de la classe sans aucun doute le groupe Nestlé qui tire les fils de la mondialisation alimentaire et couvre – ou plutôt organise – les pratiques de l’industrie agro-alimentaire qui visent à tailler en coupes réglées les besoins de la restauration, grande et petite ; et second, le groupe Metro qui est chargé de la distribution.s

Ce dernier s’était déjà illustré comme partenaire d’émissions télévisées. Aujourd’hui, il a mis la main sur un gros poisson, le Sirha qui se déroule à Lyon tous les deux ans. Ce salon, à la vocation mondiale, où se déroule à chaque fois le concours du « Bocuse d’Or » (où la France se classe à chaque fois à une piteuse place), est tombé dans l’escarcelle du groupe Nestlé qui le sponsorise via Pellegrino avec un complice de choix, Metro, chez qui, désormais, les chefs impétrants du concours vont faire leurs courses, alors qu’à ses débuts, on emmenait tout ce beau petit monde sur les marchés lyonnais. 

De là à penser que Michelin – dont le guide vante déjà les produits du groupe Nestlé (publicités payées par Nespresso, Vittel et San Pellegrino) - organise dans l’avenir un partenariat avec lui et Metro ne paraît pas impossible. Par ailleurs, on n'oubliera pas que les McDonald sont signalés sur les cartes routières Michelin. 

Avec son tout fringant nouveau directeur international, Gwendal Poullennec, l'ère de la grande finance commence. Multiplication des guides – avec une présence dans 24 pays et plus, opérations de promotion (présentation fastueuse du guide France au Quai d’Orsay pas moins !), et autres fantaisies dont on ne sait d’ailleurs pas grand-chose. Puisque la communication de Michelin reste toujours aussi obscure : pour meilleure preuve, le refus absolu d’indiquer le nombre d’inspecteurs qui travaille pour les visites de restaurants, un nombre que l’on chiffre à une quinzaine à peine, largement insuffisant pour couvrir avec sérieux le territoire. Sans compter les 920 hôtels supprimés du Guide 2020.

Allez, gageons que tout cela n’est que de la science-fiction et que tout cela n’arrivera pas… Mais, nous serons quand même là l’année prochaine pour vérifier l’évolution des choses. – Bon appétit et… large soif !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article