Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Roger Feuilly

La Pointe Sainte-Barbe, le dernier hôtel face à l'Amérique, ça vous dit quelque chose?
La Pointe Sainte-Barbe, le dernier hôtel face à l'Amérique, ça vous dit quelque chose?
La Pointe Sainte-Barbe, le dernier hôtel face à l'Amérique, ça vous dit quelque chose?

J’ai le souvenir de cet hôtel-restaurant du bout du monde, à la plus extrême pointe des côtes françaises, au Conquet dans le Finistère depuis plus d'un siècle. Le dernier avant l'Amérique : il s’appelait « La Pointe Sainte-Barbe », faisait face à l’Océan, les pêcheurs lui livraient le homard à même le quai. 

L’endroit était formidable, avec ses grandes tables d’une salle à manger aux  baies vitrées avec vue sur l'infini des flots. Il y eut là un public formidable, des gens comme vous et moi, mais aussi François Mitterrand, le général de Gaulle, Maurice Thorez, Léo Ferré, Marguerite Duras, Joe Dassin et Michel Serrault qui remportait toujours la palme du plus sympathique. 

Là-bas, le homard était donc chez lui. Hélas, Jean Cam, le propriétaire, s’est résigné à vendre voilà une quinzaine d'années alors qu'il approchait les 80 ans, faute de repreneur. Depuis, l’endroit est resté fermé pendant plus de dix ans. Et ce sont deux Bretons, Jean-Marie Chapalain (Le Britanny à Roscoff) et Guy Diqéulou (Le Prieuré à Quimper) qui lui ont redonné vie dans une architecture proche du Bauhaus et des chambres offrant le spectacle de la vue sur la mer d'Iroise. 

Et c'est un chef qui a fait ses classes chez Anne-Sophie Pic (trois étoiles Michelin), David Philippe, qui assure côté cuisine. Et donc quand vous parlez homard, il n’y a que du bleu à l’horizon, ou plutôt dans les fonds. Il y en a chez eux. Sous forme de plateau royal avec d'autres spécialités marines et notamment les huîtres plates de Madec (150 €), ou en toute simplicité, rôti au beurre demi-sel avec cocotte de légumes et pommes de terre. Sans oublier en issue sucrée, la version maison du Paris-Conquet de la pâtissière Margot Braun. Et les vins régionaux, comme le muscadet Château Thébaud ou le saumur-champigny Filliatreau. 

Le homard, aujourd’hui, on le dit « européen ». Certes, pourquoi pas ? Mais lorsque l’on peut se rapprocher de son origine, c’est quand même mieux, non ? Ici à « L’Ecailler du Bistrot » de Gwenaëlle Cadoret à Paris, le homard est tout ce qu’il y a de plus breton. Cette fille d’ostréiculteurs de Riec-sur-Belon propose ainsi le homard bleu breton dans un menu qui est de toute beauté. Avec quelques « belondines » pour commencer et le homard ensuite dans toute sa magnificence avant une belle issue sucrée comme la panna cotta aux pommes caramélisées. Le homard sera servi dans son jus avec un beurre monté au kari gosse, ce mélange d’épices dû à un pharmacien de Lorient et qui relève délicieusement le homard. Les frites qui vont avec sont parmi les meilleures de Paris.

Un vaillant et friand coup de muscadet de Bossard à boire à la régalade, et le tour est joué. Et si la carte offre ce jour-là la morue à la paysanne, n’hésitez pas, elle vaut le détour.

Bon appétit et large soif. 

Menus (à vérifier) : 21 € (déj. sem.) et 60 € (homard). – L’Ecailler du Bistrot – 20-22, rue Paul-Bert (Paris 11e). Tél. : 01 43 72 76 77. Jusqu’à 23 h.  dimanche et lundi. M° Charonne ou Faidherbe-Chaligny.

Hôtel La Pointe Sainte-Barbe - 29217 Le Conquet. Tél. : 02 98 48 46 13. 34 chambres à partir de 155 €.
 

La Pointe Sainte-Barbe, le dernier hôtel face à l'Amérique, ça vous dit quelque chose?
La Pointe Sainte-Barbe, le dernier hôtel face à l'Amérique, ça vous dit quelque chose?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article