Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Roger Feuilly

Le Tissage de Luz, ça vous dit quelque chose ?

 

Tissage de Luz revendique un linge de maison entièrement réalisé en France (à l'exception de la matière première coton) selon les mêmes critères de qualité, transmis de génération en génération depuis 1908.

Si la crise du textile de 1979 a eu raison de leur tissage de Bayonne, la famille travaille depuis avec un partenaire tisseur situé dans la région lyonnaise - autre région au savoir-faire textile - qui respecte scrupuleusement leur cahier des charges. 

Une équipe de production interne travaille en lien étroit avec leurs différents partenaires (teinturier, ourdisseur et tisseur) dans ce sens afin d'offrir un linge présentant les mêmes caractéristiques qu'au début du XXème siècle.

Il y a plus de 100 ans, en 1908, dans le village béarnais de Gestas, Jean-Baptiste Gouze, fils de tisserand à la main, crée un atelier de tissage mécanique, un des premiers de la région. L’originalité et la qualité exceptionnelle de ses tissus assoient sa réputation auprès des marchands de toile. Dès 1920, les Grands Magasins parisiens commercialisent le fameux tissu d’appellation contrôlée « Linge du Pays Basque », créée par Jean-Baptiste, dont la qualité est récompensée par une médaille à la fameuse exposition des arts décoratifs de Paris en 1925. 

Devant l’afflux important des commandes, il décide avec son fils Félix de construire une usine à Bayonne en 1930, dans le quartier populaire de Saint-Esprit hébergeant une main d’œuvre qualifiée, puis d’y transférer son activité.

À la mort de Jean-Baptiste en 1934, Félix Gouze, son fils formé à l’École de tissage de Roubaix, reprend l’affaire. Avec lui, « Les tissages du Pays Basque » se vendent aux quatre coins du monde (Madagascar, Afrique équatoriale, Italie, Algérie…).

En 1960, Maïté, fille de Félix, formée à l’École des industries textiles de Lyon, mais aussi dans l’atelier de son père, souffle un air de modernité sur l’entreprise familiale avec sa créativité haute en couleurs, ses motifs originaux et ses fameux jacquards. Elle développe la vente par correspondance qui rencontre un vif succès. 

Malheureusement, avec la crise nationale de l’industrie textile, l’usine ferme en 1977. Un nouveau départ s’impose : Maïté se lance dans la vente par correspondance. Les collections du catalogue Oyala rencontrent un vif succès. En 1991, la boutique OYALA ouvre à Saint-Jean-de-Luz, rue Gambetta.

En 2002, la marque Tissage de Luz est créée et Jérôme, arrière-petit-fils de Jean-Baptiste, poursuit aujourd'hui l’activité en faisant perdurer le savoir-faire de ses aïeux et développe de nouveaux produits. Afin de maintenir la qualité des productions, les toiles sont tissées dans la région de Lyon, qui possède elle aussi un solide savoir-faire textile par un tisseur à façon partenaire. 

De la sélection des matières premières à la confection, l’entreprise supervise chaque étape de fabrication afin d’offrir un linge réalisé dans le plus grand respect de la tradition. Une garantie qui n’empêche pas la fantaisie, le renouvellement et l’innovation.

"Nos nappes sont tissées pour durer 100 ans" ont coutume de dire les propriétaires de la marque.

De la mante au transat

Le « Linge du Pays Basque » tirerait ses origines de la mante à bœufs, nommée en basque « saïal ». Aux champs comme à la ville les jours de foire, les bêtes revêtaient cette grande toile de lin rectangulaire à rayures qui les protégeait du soleil et des parasites.

Au fil du temps, ce merveilleux tissu fut utilisé pour le linge de maison : nappes pour les bourgeois, draps pour les notables, torchons pour les ménagères, linge de toilette pour les coquettes… 

Puis, dès le XIXe siècle, le linge basque investit la mode grâce à l’impératrice Eugénie qui fait de Biarritz son lieu de villégiature et une station balnéaire convoitée. Les belles dames dévalisent les boutiques de tissus.

Pendant la 2e guerre mondiale, les matières premières viennent à manquer et les besoins se concentrent sur l’habillement. Félix Gouze adapte alors sa production pour la confection de vêtements.

Aujourd’hui, le linge basque a trouvé ses lettres de noblesse et trône dans la mode d’intérieur.

Depuis 5 générations, la famille initie la mode du linge basque en accordant une attention particulière à la phase de conception.

Et ses modèles sont d'un solide ancrage dans l’identité basque. Pâtures et monts verdoyants, ouvrages de pierre, couchers de soleil en bord de plage… autant d’univers poétiques et naturels aux couleurs subtiles qui servent de sources d’inspiration.

Ce sont là encore des gestes centenaires qu’exécutent les mains expertes de l’atelier de confection d’Espelette lorsqu’elles taillent, assemblent, cousent et soignent la finition des accessoires et des objets de décoration. Un engagement de qualité est reconnu par le label Origine France garantie.

De tout temps, la famille a imaginé et dessiné ses modèles de tissus afin de les inscrire dans l’actualité de la mode. Le stylisme, c’est-à-dire la conception des modèles, est donc une étape clé dans le processus de création.

Pendant la phase de recherche, la styliste dessine et définit pour chaque gamme la palette de couleurs, leurs combinaisons, ainsi que la largeur et le rythme des rayures. Si les traditionnelles rayures ont été conservées, leur rythme et leur composition sont moins symétriques, réguliers et conventionnels que ceux des linges d’autrefois. Telle une partition de musique, elles varient en largeur et battent la mesure.
Les coloris, eux, ont largement été diversifiés. Aux couleurs traditionnelles que sont le rouge, l’indigo et le vert s’ajoutent des couleurs modernes et vives constituant aujourd’hui une palette de plus de 50 nuances.

Traditionnellement en lin, le linge basque peut être tissé en fil de coton ou en métis (60% coton et 40% lin chez Tissage de Luz). Afin de garantir un produit robuste et durable, les fils sont soigneusement sélectionnés pour leur qualité. Au départ bruts et blancs, ils sont teints par des teinturiers français dans des bains spécialement conçus pour l’entreprise : chaque couleur est unique.

Etape préalable au tissage, l’ourdissage, consiste à préparer la chaîne qui sera placée sur le métier à tisser. Cette opération méticuleuse, elle aussi réalisée en France par notre tisseur à façon partenaire, peut durer entre 3 et 4 jours pour les chaînes les plus complexes. Elle consiste à enrouler autour d’un cylindre les fils disposés selon l’ordre des couleurs du modèle. Puis vient l’étape du tissage durant lequel deux ensembles de fils s’entrelacent régulièrement en angle droit : les fils verticaux (fils de chaîne) et les fils horizontaux (fils de trame). La façon dont les fils s’entrecroisent constitue l’armure. Elle détermine la nature (toile, satin, sergé…) et la qualité de chaque tissu.

C’est le même esprit qui guide les mains expertes de l’atelier de confection d’Espelette lorsqu’elles taillent, assemblent, cousent et soignent la finition des accessoires et des objets de décoration.
Cet engagement de qualité est reconnu par le récent label Origine France garantie. Un linge qui fera vos belles tables des fêtes de fin d'année. Bon appétit et large soif !

BOUTIQUE ESPELETTE - 105 Route de Cambo - 64250 Espelette
T. 05 59 93 85 77
BOUTIQUE BAYONNE - 3 Rue Port de Castets - Bayonne
T. 05 59 59 09 64
BOUTIQUE SAINT-JEAN-DE-LUZ - 83 Rue Gambetta - 64500 Saint-Jean-de-Luz
T. 05 59 26 96 96
BOUTIQUE BIARRITZ - Rue Gambette - 64200 Biarritz
T. 05 59 23 31 12
 Sources : site Les Tissus de Luz, www.tissagedeluz.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article