Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Roger Feuilly

A déguster, les malloreddus alla campidanese, ça vous dit quelque chose ?
A déguster, les malloreddus alla campidanese, ça vous dit quelque chose ?

Le blé est inscrit dans l'histoire de la Sardaigne depuis l'époque romaine, 250 ans avant J.C..

Les malloreddus ou gnochetti sardi sont des pâtes courtes à base de semoule de blé dur, d'eau, de sel et, parfois, de safran qui trouvent leur source à Campidanese, dans le sud de l'île.

Elles ont une forme de petits coquillages de maximum 2 cm de long et sont faites à base de semoule de blé et qui se trouve dans le système de l'agriculture sarde laquelle est principalement basée sur la culture du blé.

En Sardaigne, cette forme est appelée malloreddus qui signifie, tenez-vous bien : veau (ou petit taureau)…. oui, il faut penser à la société agricole et pastorale d’autrefois, où le veau était un animal chéri (d’ailleurs même en France, il existe plusieurs expressions à base  de veau). Ces pâtes rappellent, paraît-il, le ventre dodu du veau. Elles sont à l’origine plutôt typiques du Sud de la Sardaigne où justement y pousse du blé dur précieux (que des différents pays se sont disputés pendant des siècles).


Pour la recette, pour 4 personnes, il vous faut 400 g de malloreddus, 1 oignon, 400 g de saucisse fraiche aux graines de fenouil sauvage, 500 g de coulis de tomates, 2 cuillerées à soupe d'huile d'olive, deux pincées de safran, sel, 1 verre de vin blanc, 100 g de pecorino sardo de six mois.

1 - Hachez finement l'oignon et le faire rissoler dans une poêle à feu doux avec de l'huile d'olive.
2 - Ajouter la saucisse émiettée en petits morceaux et la faire dorer avec l'oignon cinq minutes. Déglacer avec le vin pendant cinq minutes, puis ajouter le coulis de tomates et le safran, puis rectifier en sel.
3 - Couvrir et laisser cuire à feu doux pendant une heure.
4 - Cuire les malloreddus dans de l'eau bouillante salée, les égoutter une fois cuits, assaisonner avec la sauce, répartir dans les assiettes et saupoudrer de pecorino sardo. 

Bon appétit et large soif !

- On consultera avec intérêt "On va déguster", de François-Régis Gaudry et ses amis (dont Alessandra Pierini, propriétaire de l'épicerie RAP Paris 9e), Marabout , novembre 2020.

A déguster, les malloreddus alla campidanese, ça vous dit quelque chose ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article