Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Roger Feuilly

Michelin Paris 2021 : 27 nouvelles tables, ça vous dit quelque chose ?

 

Les circonstances étaient évidemment peu favorables : dans les conditions sanitaires que vous connaissez, les limiers du Michelin, les fameux inspecteurs, n'ont déniché que 27 nouvelles tables (il y en avait 55 l'an passé). Les voici : 

Paris 1er -
Lai'tcha - 7, rue du Jour. L'annexe ouverte par Yam'tcha régale d'une cuisine du marché dans laquelle l'Asie a sa bonne part.

Nolinski - 16, avenue de l'Opéra. Dans un luxueux hôtel à l'élégance haussmannienne, une cuisine aux accents méditerranéens et grecs.

Pitanga - 11, rue Jean-Jacques Rousseau. Une cuisine brésilienne en hommage au fruit originaire du continent.

Paris 2e -
Pantagruel - 24, rue du Sentier. Une étoile pour Jason Gouzy qui a déjà derrière lui une expérience, entre L'Assiette Champenoise, Bristol et Baudelaire, au service d'une cuisine du marché.

Café Stern - 47, passage des Panoramas. Une trattoria chic dans le cadre sublime de l'ancien atelier de gravure, pour une cuisine italienne au plus près du produit qui mériterait l'étoile.

Paris 3e -
Ogata - 16, rue Debelleyme. Dans un hôtel particulier, cette ambassade japonaise griffée du designer Shinchiro Ogata au bénéfice d'une cuisine raffinée.

Paris 5e -
Flocon - 75, rue Mouffetard. Le bistrot tout nouveau de deux frères, avec produits sourcés. Un BIB gourmand.

Paris 7e -
Café des Ministères - 83, rue de l'Université. Jean Sévégnès, originaire du Sud-Ouest, pratique, dans ce joli bistrot dans le quartier des ministères, une authentique cuisine française, à l'instar d'un vol-au-vent d'anthologie.

Pasco - 74, boulevard de la Tour-Maubourg. Un cadre cosy pour une cuisine un brin province.

Sancerre - 22, avenue Rapp. Une adresse historique qui - sous l'égide d'un jeune couple - trouve un nouvel élan.

Paris 8e - 
Trente-trois - 33, rue Jean-Goujon. Un salon Belle Epoque tout en boiseries, pour une cuisine étoilée actuelle dans lequel le produit choisi domine.

Galanga - 17, rue Washington. Une cuisine d'Asie domine avec une partition moderne, réglée sur les saisons.

Paris 9e - 
Allendium - 24, rue Rodier. Une cuisine franco-japonaise dans un décor contemporain avec un chef passé chez Christian Constant.

Mi-Kwabo - 42, rue Rodier. Une cuisine africaine pour Elis Bond et sa compagne Vanessa dans une ambiance bon enfant.

Paris 10e -
Brigade du Tigre - 38, rue du Faubourg-Poissonnière. Une belle expérience chez William Ledeuil et une cuisine asiatique à grignoter.

To - 34, rue Beaurepaire. Une cuisine fusion franco-japonaise pour un chef passé chez Saturne.

Paris 11e -
Double Dragon - 52, rue Saint-Maur. Les soeurs Levha ont créé ici une cantine asiatique d'inspiration.

Marcon - 167, rue Saint-Maur. Il était dans la pub, il est devenu chef : Alexandre Marcon offre des goûts, des idées façon retour du marché et, le dimanche, le poulet.

Korus - 73, rue Amelot. Un bistrot moderne pour une cuisine bistronomique bienvenue.

Paris 13e -
Tadam - 14, rue du Jura. Carte de saison, assiettes de produits choisis.

Paris 14e -
Mosuké - 11, rue Raymond-Losserand. Une étoile pour Mory Sako, ex-candidat de Top Chef, laisse perçer l'influence des techniques nourries auprès de Thierry Marx et Christophe Moret pour une cuisine métissée.

Les Petits Parisiens - 49, rue Jean-Moulin. Dans l'ancienne adresse fondée par Yves Cambedorde, cuisine de bistrot généreuse.

Paris 17e -
 Mova - 39, rue des Dames. Cuisine traditionnelle livrée dans des assiettes actualisées. Bib gourmand.

Petit Boutary - 16, rue Jacquemont. Comptoir en zinc, sol en damier, banquettes en  cuir et ampoules suspendues, bistrot raffiné pour une cuisine nippo-coréenne moderne.

Petit Gris - 67, rue Rennequin. Parquet en chêne, tables en bois sablées, chaises bistrot, cuisine traditionnelle, produits de terroir pour un ex-top Chef. 
 
Paris 18e - 
Chantoiseau - 63, rue Lepic. En hommage à Mathurin Roze de Chantoiseau qui, en 1765, ouvre son premier restaurant dans le quartier du Louvre, les frères Durand travaillent ici à 4 mains une cuisine très actuelle.

Le Maquis - 53, rue des Cloys. Deux anciens du Chateaubriand (11e) ont conservé le décor rétro avec comptoir en zinc pour une cuisine traditionnelle mâtinée de touches créatives.

Bon appétit et large soif !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article