Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

A l’instar du vin, présent dans chaque région d’Italie, la cuisine italienne est d’abord régionale. Et le cinéma italien a utilisé toutes les facettes de cette cuisine territoriale, qu’elle soit paysanne ou urbaine, pour la mettre en scène à travers une production qui fait la part belle aux actrices et aux acteurs qui, tous, mangent aussi. Ainsi le risotto des mondine dans « Riso Amaro » avec Sylvana Mangano, les oursins aphrodisiaques de Claudia Cardine dans « La Peau », la pizza à la scarole de Sophia Loren dans « L’Oro di Napoli », les ravioli de Marcello Mastroianni dans « La Dolce Vita », la caponata Garibaldi chère au comte de Salina interprété par Burt Lancaster dans « Il Gattopardo » d’après l’œuvre de Giuseppe Tomasi Di Lampedusa ou la salade de poulpe d’Ingrid Bergmann dans « Stromboli, Terra di Dio ». Mais il y en aussi d’autres : vous voyagerez en noir et blanc et en technicolor, avec « Viaggi in Italia » de Rossellini, « Mamma Roma » de Pier Paolo Pasolini, « Il Giardino dei Finzi-Contini » de Vittoria de Sica ou « C’eravamo tanto amati » d’Ettore Scola. Et tâterez de manfredine aux palourdes, de risotto à la truffe d’Alba, de bollito misto à la moutarde de Cremona, de lièvre en civet au barolo et de cantucci aux amandes. Décidément, l’appétit vient bien en lisant. – « A table avec le cinéma italien, 85 recettes de la Mamma », de Johann Attali (stylisme) et Fabrice Subiros (photographies), Agnès Vienot Editions (20 septembre 2012), 29,90 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article