Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

ParisBrestjpg.jpgVoilà une pâtisserie d’origine française qui revient en grâce, le Paris-Brest. Je vous ai déjà parlé de celui de Philippe Conticini à La Pâtisserie des Rêves. Il faut aussi raconter celui de Jacques Génin (article à suivre) ou même celui (ou plutôt ceux, sur des variations amusantes) de Pierre Hermé. Le Paris-Brest est un gâteau en forme de couronne, composée à partir d’une pâte à choux qui sera fourrée d’une crème mousseline pralinée, garnie d’amandes effilées. On doit sa création à un pâtissier de Maisons-Laffitte, Louis Durand, qui fût inspiré par la course cycliste entre Paris-Brest-Paris dont la première édition date de 1891 à l’initiative de Pierre Giffard, l’ancêtre d’Antoine Blondin, reporter-écrivain au « Petit Journal » (lire « Le Sieur de Va-Partout, souvenirs d’un reporter », Editions Maurice Dreyfous, 1880), puis directeur du « Vélo », journal concurrent de « L’Auto-Vélo » avec lequel Henri Desgrange eût l’idée de créer le Tour de France. Mais c’est donc Pierre Giffard qui est aussi à l’origine de l’expression « La petite reine » qui sollicita Louis Durand – dont l’arrière-petit-fils pâtissier, Stéphane Lévêque, perpétue encore la tradition du Paris-Brest à Maisons-Laffitte - pour faire un gâteau en forme de roue de bicyclette qui prendra le nom actuel en 1909. La forme du Paris-Brest est censée représenter une roue en référence à la course cycliste. Depuis quelques années, les pâtissiers, tout en privilégiant toujours la forme de la roue, ont aussi présenté le Paris-Brest sous forme allongée. On lira avec intérêt le livre de l’historienne Maguelonne Toussaint-Samat, « Très belle et très exquise histoire des gâteaux et des friandises » (Flammarion, 2004).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article