Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

JeanPaulJeunet.jpg

JeanPaulJeunetNadine.jpgVoilà déjà des lustres, au cœur d’Arbois, que je « surveille » le petit Jean-Paul qui est devenu grand. Son père, le jovial André, le gardait dans son ombre, mais ce géant a fini par céder la place à son fils, pas moins grand, sportif sous ces airs de garçon timide. Et depuis, il a assumé l’héritage et fait à sa manière, en changeant tout ou presque sans trahir l’esprit maison. La cuisine régionale et ses produits sont hautement valorisés avec des variations modernes et légères qui sont devenues des classiques. Pour mieux encore s’intégrer dans l’air du temps, il peut aussi emprunter ici ou là. Mais dans sa salle à manger élégante sur le mode rustique chic, sous l’œil charmeur de Nadine Jeunet, c’est le moment de succomber à un déjeuner autour du vin (cave exceptionnelle) : tomate Torino avec en superposition, une salade d’herbes rares, des oignons grelots, de la tomme de brebis, le tout juste relevé d’une eau de tomate fouettée à l’huile aux sucs de vinaigre de vin de paille ; ensuite, poulette de Bresse en deux cuissons, la cuisse pochée au fumet de vin jaune farcie d’une mousseline aux morilles, puis l’aile contisée de foies blonds, de noix torréfiées, et flanquée de riz mélangés de différents pays aux herbes épicés avant l’issue sucrée, des mirabelles en confit de fleurs d’aneth, en sorbet sur un pain aux pruneaux, dans un tube croquant au lait d’épices et sucre muscovado, pulpe de reine-claude. Miam, miam, le tour est joué. Donc à boire, à boire, à boire, tel le cri d’un homme qui a soif. Pourquoi pas le château-chalon de Macle dans le millésime 2002 qui commence à prendre son envol gustatif et, en finale, la quille que suggère la maison le Vin de pagaille (VDT) d’un jeune et brillant vigneron de Pupillin, Philippe Bornard. Après quoi, il ne vous reste plus que la sieste réparatrice avant le dîner. Bon appétit et large soif. Menus : 60 et 80 (déj.), 107 (saveurs du mois d’août) et 140 € (dégustation). Carte : 90-180 €. – Jean-Paul Jeunet – 9, rue de l’Hôtel-de-Ville (Arbois, 39600). Tél. : 03 84 66 05 67. Fermé décembre et janvier, mardi et mercredi (sauf au dîner de juillet à mi-septembre). Chambres Hôtel Jean-Paul Jeunet de 95 à 165 €, Prieuré Notre-Dame (à 200 mètres) de 72 à 150 €. Site : www.jeanpauljeunet.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article