Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

CaffealDenteBar.jpg

CaffealdenteMichele.jpg

CaffealDenteLakdhar.jpg

CaffealDenteForadori.jpg

Gazzetta.pngDans cette enoteca-negozio bruxelloise dont je vous ai déjà parlée, on célèbre la dive bouteille plus souvent qu’à son tour, au déjeuner et au dîner, jusque tard dans la nuit. Le culte de Bacchus, Michele Rosa et Lakdhar Hamina - qui c’est ceux–là en photos ? -, le premier derrière le bar et le second en footballeur (ici évidemment on aime le Calcio et la Squadra Azurra), en sont les servants inspirés et cultivés, connaissant les vins de la Botte sur le bout du buvant. Leur cave ? La meilleure de Bruxelles. Chez eux, le vin est une « maîtresse ». Dans la « Biblia dei vini » du "Caffè al Dente", on trouve tout ce que l’Italie vinique compte, du Nord au Sud et dans les îles, de crus incontournables. La parole de ces hommes de l’art (et aussi du lard) vaut passion. Elle est foisonnante dès lors qu’il s’agit de parler de quelque cru d’ici ou là. Le verbe est souvent enjoué et l’érudition bien présente, mais sans l’ennui que génère le sommelier, habillé de science apprise dans les livres. Chez eux, c’est le territoire qui prime : ils vont le parcourir, marcher dans les vignes, se frotter aux vignerons. Ce qu’il faut boire ici parmi plus de 500 références ? Pour les blancs, parmi d’autres, le prosecco zéro dosage de De Stefani pour la mise en bouche, le fameux Myrto trentinois d’Elisabetta Foradori (photo), assemblage de sauvignon, incrocio manzoni et pinot blanc, et le remarquable pietranera 100 % zibibbo de l’ami Marco di Bartoli qui nous a quittés voilà deux ans. Pour les rouges, le monferrato Pin, superbe, de Giorgio Rivetti, le barbera d’Alba de Bartolo Mascarello qui est un maître (ah la belle étiquette, photo), le classique barbera d’Asti Bricco dell’Uccelone de Braida, à la vinification soignée, le langhe La Villa d’Elio Altare, magnifique, le barolo Le Vigne de Luciano Sandrone qui a redonné à cette appellation ses lettres de noblesse voilà déjà près de trente ans, le barbaresco San Stefano di Neive Riserva de Bruno Giacosa dont les vins sont ici vantés avec chaleur, l’incroyable et magique trentinois Granato (encore Foradori), le 100 % corvina veronese La Poja d’Allegrini qui en impose, tous les vins de Montevertine qui est, en Toscane, « la » propriété que je préfère, celle du regretté Sergio Manetti, grand amateur d’art, de littérature, de poésie et de « curiosa », et le rosso di Montalcino du grand Biondi-Santi (son brunello évidemment aussi). Et la cuisine ? Des plats qui sont en symbiose avec le terroir italien. Ils sont affichés au quotidien à l’ardoise sur le mode antipasti, primi, secondi et dolce, comme au pays. Devant les murs aux chromatismes jaunes, sur les tables en bois joliment nappées de blanc immaculé ou dans le jardin-terrasse pour les beaux jours, l’antipasti misti est déjà une promesse, le minestrone pas moins, puis vient le rare culatello qui est un bonheur, tout comme la crémeuse burrata des Pouilles. Ensuite, ce seront, selon le marché et la saison, les linguine al vongole qui arrivent fumants, les penne al ragù apportant leur haut goût, la tagliata de bœuf qui est une petite merveille et la salsiccia al chianti e pomodoro calera. En sus, la boutique épicerie-cave-dégustation (jusqu’à 21 h, fermé dimanche et lundi) offre une halte propice à petit prix au déjeuner et pour l’aperitivo du soir. Des gens comme ceux-là, on les aime un peu, beaucoup, passionnément. Allez-y sans tarder, ça vaut le détour et la halte. Et, désormais, en sus, le petit dernier de la famiglia, "Gazzetta" (photo noir et blanc), en plein coeur de la ville, à deux pas de l'avenue Louise, dans une format "Caffè & Deli", qui est ouverte 7 jours sur 7, où tâtera d'un ristretto au bar comme à Rome, de panini ou d'assiettes de charcuteries ou de fromages pour un casse-croûte, de pasta évidemment, de carne alla griglia (simmenthal) ou de contorno del giorno, tout en sirotant quelque cru du nord au sud de l'Italie, sans oublier de remplir son panier pour la maison avec tout ce que la Botte offre de meilleur. – "Caffè al Dente", Osteria (jusqu’à 22 h 30), Negozio-Enoteca – Rue du Doyenné, 85-87 (1180 – Uccle, Bruxelles). Tél. : 02 343 45 23. Fermé samedi au déjeuner, dimanche et lundi. Site : www.caffealdente.com - "Gazzetta" - 12, rue de la Longue-Haie (1050 - Bruxelles). Tél. : 02 32 2 513 92 13. Tous les jours de 8 h 30 à 23 h. Site : www.gazzetta.be

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

patrick axelroud 09/03/2014 10:28

Rue de La Bourse - en face du Falstaff ( voir WIKIPEDIA )

toutnestquelitresetratures 09/03/2014 11:13



Merci, ce sera pour la prochaine fois...



Patrick Axelroud 08/03/2014 17:19

Plus canaille , vous pouvez aller au café Cirio découvrir le Half and Half 50% d'asti et50% de blanc sec à ras bord dans un flûte de champagne.J.Brel paraît il en raffolait.Il faut admirer la
dextérité du serveur qui se balade un bouteille dans chaque main et rempli votre verre sans jamais déborder.

toutnestquelitresetratures 09/03/2014 10:22



Merci pour l'adresse, mais où est-ce ?