Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

Ah en ces temps de cuisine de régime moléculaire, l'Ecossais Tim Johnston continue d'afficher son aphorisme préféré : "Quand les gros seront maigres, les maigres seront morts !". Et il est vrai que l'on ne s'ennuie guère chez lui. Si les cigares cubains n'y sont désormais plus de la partie alors que la pipe y est évidemment toujours interdites, son choix de vins français et étrangers est une des meilleures sélections de la capitale : formidables jerez, Torbreck de la Barossa Valley en Australie que Tim va vinifier lui-même, sauvignon de Nouvelle-Zélande, dolcetto d'Alba de Sandrone, cairanne (un cru fait pour et par Tim avec Marcel Richaud) et délicieux beaujolais de Pierre-Marie Chermette, dont la cuvée annuelle de vin nouveau est un vrai vin de soif. Dans les assiettes, toute une ribambelle d'antipasti-tapas et de plats bistrotiers au gré du marché (andouillette AAAAA, boudin), le plat national de son pays, le haggis (panse de brebis farçi) et un gâteau au chocolat fondant. L'ambiance ? Haute en couleurs et en verbe, avec un public averti et toujours de bonne humeur. Sa fille Margaux au service est aussi enjouée que son papa. Menus : 17 et 19 € (déj.) et 27 €. Carte : 30-45 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article