Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

AuxVerresdeContactTerrassejpg

AuxVerresdeContactSarah

AuxVerresdeContactSalleL’enseigne de ce bistrot à fleur de boulevard Saint-Germain, et à l’angle de la rue de Bièvre chère à François Mitterrand, indique d’abord une filiation à un personnage germano-pratin, Antoine Blondin. Celui-ci, alors qu’il écrivait sur le Tour de France pour le quotidien « L’Equipe », rendait ses notes de frais avec l’intitulé : « Apéro, verres de contact ». Et Sarah Delage est ici tout simplement la propriétaire-cuisinière épouse de Guillaume, lui-même chef-propriétaire d’un autre bistrot nommé « Jadis » dans le 15e, inspiré de l’œuvre de Blondin. Ceci étant posé, il faut courir chez cette jeune femme qui a de l’or dans les mains avec ce bistrot moderne qui n’insulte jamais le passé, puisant même dans celui-ci l’inspiration du moment. Sa cuisine est marquée au coin du bon sens, joliment ciselée, avec des produits qui font mouche, sans jamais chercher à épater, jouant du répertoire français comme celui d’ailleurs, mais sans jamais travestir l’esprit du plat. Ainsi en va-t-il de l’œuf mollet à la florentine et au salpicon de hareng fumé dans un joli écrin vert, du carpaccio de daurade et de betterave au gingembre mariné d’une irréfragable fraîcheur et du cabillaud épais Fidéua cuit à la perfection, nacré, à l’encre de seiche, piquillo et chorizo. Ou alors de la côte de veau de lait de Corrèze cuite au sautoir, du magret de canard avec ses petits pois à la française. En issues sucrées, cela pourra être le clafoutis aux abricots ou le tiramisù, ou encore les fraises à la rhubarbe et au mascarpone. Les vins sont des Cévennes (IGP), du Beaujolais (Dupré), de la Vallée du Rhône (crozes-hermitage du Domaine Colombier, cairanne de Marcel Richaud). Le tout est servi dans un décor de bistrot, avec comptoir ouvrant sur la cuisine, jambons qui pendent – tâtez d’un iberico ou d’un cul noir de Saint-Yrieix en tapas -, terrasse aux baies vitrées, salle à manger plus intimiste et, en sous-sol, salon pour un repas entre amis. C’est gai, joliment pensé, avec Blondin ici ou là. La cuisine de Sarah donne l’envie d’être à sa table, de tailler dans l'assiette et de lever le coude. Le Michelin l’ignore, la critique gastronomique se fait timide, je vous invite au détour, et à la halte obligatoire. Et aux verres de contact… Menus : 27 et 31 €. Carte : 45-60 €. – Aux Verres de Contact – 52, boulevard Saint-Germain – 33, rue de Bièvre (Paris 5e). Téléphone : 01 46 34 58 02. Fermé dimanche.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article