Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

LaTableduBoucherBoeuf.jpg

images.jpg

En 2015, Mons sera la "Capitale européenne de la culture" : ainsi l'a voulu Elio Di Rupo, l'ancien bourgmestre devenu Premier Ministre fédéral. C'est lui qui est à l'origine de ce projet dont les retombées économiques et sociales sont importantes. Mais à la culture, il faut aussi associer la gastronomie, parente naturelle de la première, avec la convivialité d'une table, qui plus est, contribue à arrondir les conversations. La "Fondation Mons 2015" a entrepris de regrouper les toques dans un guide des restaurants. Plus d'une trentaine de chefs sont associés à cette initiative. Parmi eux, entre la Grand-Place et le siège de la RTBF, la maison de Luc Broutard, "La Table du Boucher", dont l'enseigne indique une thématique bovine. Dans un cadre épuré aux volumes confortables et aux tables espacées, il livre une cuisine de produits de premier choix. Le jamon iberico de toute beauté, finement tranché est une mise en bouche qui s'impose avec aise avant le dilemme du choix de la viande, parmi lesquelles, de plusieurs origines, limousine, normande, simmental (la pie rouge hexagonale), black angus américain (ce sera ma seule réserve, sachant que la viande est engraissé de manière un brin forcé) et même le très fameux bœuf wagyu, ici accouru d'Australie, au persillé exceptionnel, mais à 12 € les 100 grammes ! J'ai opté pour ce dernier, et je ne l'ai pas regretté. La viande, ici une côte de bœuf d'un kilo et demi, a été partagée à trois, joliment croûtée, d'un fondant spectaculaire et d'un goût qui ne le fût pas moins, le quatrième convive se régalant d'une imposante et délicieuse côte de veau. Tout cela avait été précédé d'excellentes croquettes de crevettes, d'une salade de tomates anciennes à la mozzarella di bufala et de sardines marinées bienvenues. En issue sucrée, le moelleux au chocolat fondant et une formidable glace à la vanille venaient conclure un bon moment de bouche et d'esprit. Le saumur-champigny du Château de Villeneuve de Jean-Pierre Chevalier avait irrigué le tout avec bonheur, le premier verre appelant le deuxième et ainsi de suite. Accueil et service féminins tout en sourires qui ne sont pas feints. Allez-y sans craintes. - "La Table du Boucher" - 49, rue d'Havré (7000 Mons). Tél. : 00 32 (0) 65 31 68 38. Tous les jours (dimanche toute la journée non-stop). Menu : 35 €. Carte : 50-80 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Luc Charlier 03/09/2013 08:19

Mon raccourci s’exposait à ce genre de réaction. Bien plus, il la souhaitait. Il est évident qu’il n’y a plus de gauche au sens propre en Europe. La gauche révolutionnaire – la seule vraie - a fait
peur à tout le monde et les solutions collectivistes ont échoué partout. La gauche « modérée » est une foutaise, obligée de se fondre dans le moule social-démocrate pour attirer son électorat, qui
n’est qu’un énorme clientélisme. Donc, des gens opportunistes s’en réclament, pour s’approprier une place bien chaude. Après, quand vous décrivez le « souhait » de Di Rupo, pourquoi pas mais quand
vous prétendez qu’il y a des retombées économiques, c’est probablement faux. Ce sont les « organisateurs » qui en chiffrent le montant, d’où une fiablité très discutable. On sait de manière
certaine par contre que tous les grands événements sportifs (Coupe d’Europe de football, Jeux Olympiques) laissent des trous financiers énormes ... sauf pour les sociétés pharmaceutiques qui
fabriquent les dopages et les brigands qui les fourguent. Quant aux « chefs » - je ne les vise pas en personne, ne m’étant pas renseigné spécifiquement sur leur identité – de ce genre d’événement,
ce sont leurs « sponsors » de l’agro-alimentaire (Nestlé et autres) qui les rassemblent. Donc, boeuf super-pointu d’un côté et lait concentré sucré de l’autre. Mais cela permet de constituer des
blogs bourrés de pub et donc de se faire quand même une tune par ci par là. A propos, j’ai cherché hier les prix des objectifs d’une marque japonaise en Andorre, notamment les focales 35, 50 et 85
mm ... et ce sont eux que j’ai à l’écran en me branchant chez Feuilly. On peut dire ce qu’on veut, c’est efficace Google !

toutnestquelitresetratures 05/09/2013 11:43



Salut camarade,


Pour ce qui est de la publicité, ce n'est pas moi qui choisit celle qui passe sur mon blog et, par ailleurs, si tu savais ce que cela rapporte, c'est quasiment rien... D'ailleurs, j'ai déjà
indiqué au camarade Berthomeau que je réfléchissais à la supprimer. Quant au commentaire politique, chacun ses idées, mais j'ai été un des premiers à critiquer le classement Nestlé-San Pellegrino
des 50 meilleurs restaurants du monde et à appeler au boycott de San Pellegrino dans les restaurants...



Luc Charlier 02/09/2013 21:05

Ou l'on voit que le socialisme à la sicilienne est identique à celui de Jack Lang: 12 € pour 100 gr de viande de boeuf.
Va fanculo.

toutnestquelitresetratures 02/09/2013 22:05



Oui oui, peut-être, en fait non cela n'a rien à voir avec le socialisme à la sicilienne (Elio di Rupo est-il responsable du prix de la viande dans un restaurant ? J'en doute...), ni avec celui de
Jack Lang (laissez-le tranquille !). J'ajoute que, il n'y a pas si longtemps, le boeuf wagyu était vendu 225 € le kilo à la Boucherie Desnoyer et que je n'ose même pas imaginer son prix chez le
boucher star d'Asnières et de l'avenue Victor-Hugo... Bon appétit quand même, cher Luc, et, bien sûr, large soif !