Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

BobossWolinski2009.jpgEt si on cassait une graine ? Où çà ? Chez Boboss bien sûr, lui qui mitonne depuis des lustres un programme digne de la présidence de la République des gourmets. Dans ce dernier village gaulois, Boboss change aussi avec l’arrivée – non pas des cartes de crédit qui, selon lui, « n’ont toujours rien à foutre ici ! » -, mais de Laurent Joséphiak en cuisine, un petit jeune qui a fait ses classes chez Benoit et Ducasse. Il a d’emblée (voilà quand même trois ans), adhéré au programme maison. Parce que pour Boboss, l’éducation, c’est avec la caillette ardéchoise, la sécurité avec le lièvre à la royale, l’emploi avec le cassoulet confit 35 heures et la santé avec le retour aux vraies valeurs de la France, la prune de Souillac. Alors, votez-donc Bobosse avant qu’il ne tire sa révérence, avec sa Jackie préférée, son impériale épouse, pour prendre une retraite bien méritée après plus de trente ans de présence en cette auberge régionaliste en diable. Sans oublier de tâter de son inoubliable et magnifique chou farci – le meilleur de Paris -, de rares écrevisses pattes rouges (astacus astacus) à se pourlécher, de grenouilles à la provençale, de homard des pêcheurs celtes, de lapereau au vin blanc, de pieds et paquets comme nulle part ailleurs, de pot-au-feu en vessie, de poulet de Bresse en fricassée et, en issue sucrée, d’une formidable glace à la vanille. Le sancerre de Lucien Crochet, le brouilly du Château Thivin et le bourgueil de Delaunay glissent tout seul. Le bonheur à Paris, c’est ici que vous le trouverez. Carte : 65-90 €. - Le Quincy - 28, avenue Ledru-Rollin. Tél. : 01 46 28 46 76. Fermé samedi, dimanche et lundi. M° Bastille ou Gare-de-Lyon.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pascal Boissière 14/10/2012 14:40

Bonjour (ou bonsoir).

Figurez-vous qu'à la seule lecture du titre de la présente note j'ai cru, un bref instant, à quelque évocation des fameuses andouillettes de chez Bobosse (pas Boboss), d'autant que le village de
Quincié-en-Beaujolais (pas Quincy) n'est pas très loin de son atelier, mais bon, comme vous n'êtes guère familier avec les fautes d'orthographe - une rareté, savez-vous ? -, eh bien j'ai vite
renoué avec mon tablier (de sapeur).

Sinon, "Tout n'est que litres et ratures" fait un réel plaisir de lecture et une sacrée mine de renseignements (et d'enseignements). Merci.

Cordialement.

toutnestquelitresetratures 14/10/2012 17:34



Bonsoir Pascal Boissière, Il se trouve que l'ami Bobosse, celui de Quincié-en-Beaujolais donc, fût aussi un de mes compagnons de table, tant à Paris qu'à Lyon ou dans le Beaujolais. Je me
souviens même d'un récit épique de son enterrement (fictif) par Bernard Frangin, rédacteur en chef au Progrès de Lyon, qui l'avait quasiment transporté de joie. C'était un homme de qualité et de
fraternité. Notre Boboss parisien est de la même veine. Merci aussi pour le compliment, j'essaie de m'appliquer...