Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

ChezGeorges.jpg

ChezGeorgesOeufsmeurette.jpg

ChezGeorgesGigot.jpg

ChezGeorgesTetedeveau.jpg

ChezGeorgesBabaaurhum.jpgUn dimanche soir, après le Casse-Noisette de Tchaïkowski donné par le Saint-Petersbourg Ballet Théâtre au Palais des Congrès, quelques pas suffisent pour traverser le boulevard Péreire et franchir les portes battantes d’une très bonne brasserie à l’ancienne joliment patinée, « Chez Georges ». Ici, on est restaurateur depuis 1926. J’avais connu l’endroit sous la houlette de Roger Mazarguil qui avait demandé à Slavik de faire le décor actuel, alors que le grand André Guillot conseillait le chef de l’époque, Jean Merle. Aujourd’hui, le décor est dans son jus, joliment de frais remis à neuf, pimpant, aux tables nappées de blanc et à la mise soignée, tout en élégance classique. Ce sont les Menut qui ont repris l’endroit avec bonheur voilà quelques années. On les sait grands professionnels, avec une galaxie de tables variées (La Grande Cascade, le navire-amiral du Bois de Boulogne et sa voisine champêtre L’Auberge du Bonheur, Garnier, l’adresse marine du 8e, l’autre brasserie du 17e, Le Ballon des Ternes et son comptoir à huîtres juste à côté, Ballons et Coquillages, ainsi que la table italienne avec le Bellagio et, dans le 1er une belle « cantine » comme Le Vendôme qui fait le plein au déjeuner). Ici, en ce « Georges » placé sous la direction de Frédéric Niveau, les classiques du genre sont à l’honneur. Le semainier indique le plat du jour du lundi au dimanche. Précisément hier soir, c’était poulet rôti : superbe, avec son jus de haut goût. Sinon, ce sera le pot-au-feu fumant et ses légumes cuits à la perfection ou l’osso-buco à la milanaise selon l’humeur et la saison. Et la grande spécialité de la maison, le gigot d’agneau et ses flageolets, est toujours en bonne place, tranché avec art. Mais il y aussi le saumon fumé, remarquable, le tartare de daurade d’une fraîcheur irréfragable, les escargots joliment moelleux dans leur beurre savoureux, le fameux pâté en croûte comme à Vieu, l’andouillette de Duval AAAAA, la pluma de pata negra avec un jus réduit aux piquillos délicieux, la tête de veau avec cervelle servie dans une cocotte et la quenelle de brochet comme à Nantua. En issues sucrées, le baba au rhum de la Martinique est un petit monument de douceur et les petits pots de crème vont au mieux. Le touraine gamay de Henry Marionnet et le saint-joseph de Bernard Gripa font l’affaire sur une carte des vins qui donne sa préférence au Bordelais et à la Bourgogne. Pour le reste, l’accueil est d’une civilité rare, le service va l’amble, efficace et précis, et l’ambiance est chic sans être guindée, avec un public qui vient ici faire ses agapes de bonne humeur. Que demander de plus à Paris ? Carte : 50-80 €. – « Chez Georges – 273, boulevard Péreire (17e). Tél. : 01 45 74 31 00. Tous les jours jusqu’à 23 h 30 (dernier service). M° Porte-de-Maillot. Voiturier.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article