Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

C’est la saison de la civelle, ou de la pibale ? Peu importe, il s’agit tout simplement de noms régionaux désignant l’alevin (ou leptocéphale, la larve planctonique) de l’anguille européenne. Civelle en Bretagne, elle s’appelle pibale dans le Sud-Ouest. C’est un poisson de migration qui fraie dans la Mer des Sargasses. Ses alevins mesurent 7 millimètres lorsqu’ils quittent la Mer des Sargasses pour ensuite rejoindre les eaux continentales où ils deviennent adultes en douze mois. Pendant sa migration « aller », la larve se laisse porter par les courants du Gulf Stream, quasiment sans s’alimenter. Le voyage est de 6.000 kilomètres pour le mener jusque sur les rives atlantiques d’Espagne et de France. Elle s’engage alors dans un estuaire et remonte une rivière pour rejoindre l’eau douce et atteindre les cours d’eau pour y vivre, ou les mares, étangs et fossés où elle grandira pour atteindre le stade adulte (anguille jaune) et achever enfin sa métamorphose qui l’amènera à se transformer en anguille argentée. Elle a alors une dizaine d’années et sera prête à se reproduire. La seconde migration se fera alors, c’est celle du « retour », au moment où approche la maturité sexuelle, elle retournera vers la Mer des Sargasses, vers les lieux de fraie, dans les profondeurs de la zone des Caraïbes où elle se reproduit depuis 140 millions d’années. Elle mourra après s’être reproduite. Le cycle est alors achevé et peut recommencer. Jadis, plat du pauvre (on en servait même dans les cantines scolaires), la raréfaction du produit (110 tonnes en 2010 contre 4.000 par an en à la fin des années 70), la réglementation stricte de la pêche, la demande croissante, en ont fait un produit coûteux et très prisé. Les prix de vente sont variables, mais n’espérez pas en trouver à moins de 200 € le kilo, voire même beaucoup plus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article