Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 12:17

AuPetitRicheFacade.jpg

AuPetitRicheEnseigne.jpg

AuPetitRicheSalon.jpg« Au Petit Riche », je l’avais connu au début des années soixante-dix, assez inimitable dans son style. Puis, au début de la décennie suivante, une nouvelle direction, comme l’annonce les compères Gault et Millau dans l’édition 1981 de leur guide : « Une aubaine pour le joli monde de Drouot. Repris par le frère de Lameloise (trois toques à Chagny), Le Petit Riche au ravissant décor 1880, rafraîchi et toujours intimiste, garde son calme et sa cuisine tourangelle. Ne vous aventurez pas dans le tournedos (la rue Rossini est à côté), mais dans les bonnes vieilles recettes du pays de Loire : la saumonette au beurre blanc, les rillons, le coquelet en pâte, la mousse au chocolat et le vouvray ». Puis, la maison a connu plusieurs directeurs, dont Bertrand Jallerat qui a repris les rênes du célèbre « Grand Monarque » à Chartres, et Gilles Breuil qui a ouvert « Bourgogne Sud » dans le 9e ou encore Jacky Gallmann qui est parti à la tête de l’emblématique « Brasserie Georges » à Lyon (également propriété de la famille Lameloise). La cuisine ligérienne avait été largement maintenue et la cave sérieusement améliorée pour atteindre aujourd’hui, sous la houlette d’un sommelier passionné, Jean-Paul Bruatto, pas moins de 250 références, dont 200 crus de la vallée de la Loire. Qu’en est-il aujourd’hui ? La déception fleure à la commissure des lèvres à chaque passage, dont le dernier fût le mauvais bouquet un dimanche de fin d’année dernière. Si l’accueil est toujours de qualité – le directeur de la maison n’était néanmoins pas là, tout comme le chef -, le service de jeunes gens pas très motivés laissait à désirer, et la cuisine était une nouvelle fois aux abonnés absents. Que dire en effet d’escargots servis en poêlon qui semblait sortir de la boîte avec un beurre d’escargots sans goût, d’un « filet » ( ?) de bœuf mal cuit (apporté plutôt à peine saignant alors que demandé bleu), d’épinards fadasses, pas assaisonnés du tout, d’une quenelle pas soufflée indigente et d’une duxelles à l’acidité suspecte ? La cuisine de la Loire est, elle, réduite à quelques plats pas toujours bien exécutés. Que reste-t-il donc de nos bons souvernirs ? Pas grand-chose, si ce n’est le brillant chapitre des vins. L’âme de l’endroit est en danger, au profit de la seule rentabilité qui semble désormais dominer « Au Petit Riche ». Il y a urgence à se remettre en cause, à bousculer les habitudes anciennes et à redonner son lustre à la maison. Messieurs Lameloise, pouvez-vous sauver le soldat « Au Petit Riche » ? - « Au Petit Riche » - 25, rue Le Peletier (Paris 9e). Tél. : 01 47 70 68 68. Tous les jours. Menus : de 22 (déj.) à 35 € (vin et café compris). Carte : 55-70 €. M° Richelieu-Drouot.

Partager cet article

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans A boire et à manger
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • : Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.
  • Contact

Profil

  • toutnestquelitresetratures
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.

Recherche

Pages

Catégories