Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

AdriaPepsi-copie-2.jpgPetite pépite découverte sur le blog de Vincent Pousson, « idéesliquidesetsolides.blogspot.com » : Ferran Adrià s’affiche sur les boîtes de Pepsi : il vient de tomber dans la gamelle de Pepsico, comme Jean-Pierre Coffe est tombé dans celle de Leader Price. Le chèque d’abord, la morale et la vertu sont laissées de côté, juste bonnes à tromper le consommateur quand on passe à la télé. Commentaire approprié de Vincent Pousson : « Ah, non, c'est vrai, je me trompe ! Ça, "c'est fait pour ça", ce sont les paroles de la vieille rengaine publicitaire d'un autre poison américain. Ferran Adrià, lui, le nouveau héraut du terroir, le défenseur de l'écologie et de la cuisine naturelle, ce n'est pas avec Coca-Cola qu'il a décidé d'associer sa trombine mais avec Pepsico. Ce n'est pas un gag, l'information a été annoncée en fin d'après midi : la gueule du prétendu "ex-meilleur cuisinier du Monde" ornera une série de canettes de Pepsi-Cola ! Oui, vous avez bien lu, nous ne sommes pas le 1er avril, tous les records sont battus, un peu comme si le Pape se faisait gauler à la sortie d'un bordel ! Le chef chimique était d'ailleurs partenaire de cette entreprise depuis un an et demi. Sûrement afin d'améliorer encore la qualité de la nutrition ibère et porter toujours plus haut les valeurs de la gastronomie catalane. Heureusement, dans l'établissement qu'il tient à Barcelone avec son frère, Tickets, il se rattrape et montre son pluralisme en célébrant aussi Coca et McDo ! Bravo chef, bravo de faire enfin votre coming-out ! Allez, j'arrête, parce qu'on va encore dire que je fais du mauvais esprit et que je n'ai rien compris au talent du bonhomme… ». A l’identique ou presque, Périco Légasse ne fait guère de cadeaux à l’ex-chef du restaurant « El Bulli » à Rosas, sur la Costa Brava, dans son « Dictionnaire impertinent de la Gastronomie » : « Il ne fait pas de la cuisine, il pratique un art plastique utilisant la nourriture comme matière première. Ses œuvres sont des expériences scientifiques, réalisées sur des paillasses, provoquant chez le client-spectateur des sensations étonnantes. Rien à voir, donc, avec la cuisine, qui est un artisanat, parfois poussé à l’artisanat d’art, répondant à un besoin physiologique naturel et s’inscrivant dans un cadre social, celui du repas vécu comme un échange sensoriel et culturel. La transformation systématique de denrées alimentaires en mousses, poudres et gelées, jusqu’à atteindre le stade de la « bouchée virtuelle », nouveau nirvâna du rata branché, peut-elle encore être appelée « cuisine » ? Que dire de l’omelette déstructurée (écume d’œuf et fluide de pommes de terre passés au siphon) dite « tortilla du XXIe siècle » ou encore du ravioli sphérique au thé (un miniglaçon au citron emprisonné dans une bille de thé, l’enveloppe de celle-ci devant être solide, et l’intérieur liquide, procédé appelé « spérisation » nécessitant du polysaccharide et du chlorure de calcium) ? …. Ferran Adrià mérite le titre de caudillo de la ragougnasse intellectuelle mondialisée. ». Allons, Messieurs, détrôner ainsi l’ex-meilleur chef du monde parce qu’il flirte avec Pepsi, par ailleurs grand soutien du Parti Républicain aux Etats-Unis, et le rebaptiser sur le mode franquiste d’un fâcheux passé… êtes-vous bien sérieux ? Mais, assurément, j’ai un vrai penchant pour vos idées.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Francis Coulon 13/12/2014 12:51

Il va vous gaz.....pardon vous azoter le chimiste!!!!

Franc(is)o

toutnestquelitresetratures 13/12/2014 12:59



Salut Francis, prends contact sur mon courriel roger.feuilly@orange.fr


 


ps + mon fils Guillaume a ouvert un restaurant à Chartres, "L'Atelier Terroir" (cuisine de tradition, vins de vignerons)...