Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

KrugHenri.jpg

KrugGrandeCuvee.jpg« Est-ce que l’on présente un champagne universellement connu ? Mieux vaut sans doute parler d’abord des hommes qui le font, les deux frères Krug. Henri est plutôt un homme de l’ombre et de cave, mais il n’a jamais dédaigné emmener son fils Olivier dans les vignes pour lui faire respirer l’odeur naissante de champignons et de bois. Rémi, un HEC saisi par le démon du champagne, est le commis-voyageur qui, de Saint-Petersbourg à Hong-Konk, porte toujours la bonne parole. Et tous deux ont à l’esprit ce jour de 1843 lorsque Johann-Joseph, leur aïeul, créa le Krug. Tout comme ce mot qu’il avait consigné dans un petit carnet ouvert 125 ans plus tard : « Il n’est pas possible de faire un bon vin autrement qu’avec de très bons raisins. Si certains peuvent obtenir un vin de bonne apparence avec des éléments médiocres, ils sont l’exception. On ne peut pas se fier à eux et ils mettent tout notre savoir-faire et notre réputation en jeu. » Voilà ce que j’écrivais en 1993 dans le « Guide des Vins du Monde » (Slow Food Editore). Cet état d’esprit a toujours été la marque de la maison Krug. Aujourd’hui, son grand vinificateur, un artiste, nous quitte à l’âge de 75 ans, après avoir imprimé sa marque à une vingtaine de millésimes et plus de 40 cuvées. Depuis 1999, le champagne Krug est la propriété de LVMH et si la maison est dirigée par Margaret Henriquez, Olivier (45 ans), de la sixième génération de Krug, reste le gardien du temple, un temple dans lequel on rappelle inlassablement que "la valeur sait attendre le nombre des années" - les stock couvrent de 6 à 8 années de vente - et que pour devenir "krugistes", "il faut laisser le temps au temps".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article