Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 09:50

IGolosi.gif

IGolosiMarco.jpgVoilà plus de vingt ans déjà, il promenait sa silhouette juvénile sur le pavé parisien. Aujourd’hui, l’allure est plus celle d’un sénateur qui va renouveler son mandat. Mais avec la quarantaine bien entamée et fringante, Marco Tonazzo, est toujours aussi disert et pétulant, et d’une élégance très IIIe République. Originaire de Trévise, il a été le premier dans son genre à nous concocter un vrai lieu de vie italien à Paris. Alors que l’Italie triomphe aujourd’hui un peu partout, lui, c’est au début des années 90, après avoir été à « L’Enoteca » - y délivrant son savoir du vin italien -, qu’il créait ce « I Golosi » (Les Gourmands) de toutes pièces, dans un décor un brin vénitien mâtiné d’esprit milanais pour le bar-boutique-dégustation du rez-de-chaussée alors que la salle à manger de l’étage offre des tables plus intimistes. Dès ce moment, il cultivait aussi le risque. Celui d’une carte renouvelée chaque semaine à partir du marché - fait deux fois par semaine à Rungis - à l’aube pas encore naissante. S’il fallait faire un inventaire à la Prévert de tout ce qui a, ensuite, été copié ailleurs, allons-y : les verres et carafes de chez Riedel ou de Spiegelau, la salade de Trévise grillée, l’huile d’olive du lac de Garde de la Fattoria Il Paradiso d’Alex Nember, les couteaux de chez Berti, le café de Illy à Trieste, le coniglio in porchetta, la soupe de pois chiches, les malloreddus à la saucisse et au fenouil, le risotto à l’ortie, la bagna cauda piémontaise, le baccalà alla vicentina (morue séchée non salée dans une sauce aux anchois et aux câpres), le bollito misto lombard, la tagliata de bœuf à la roquette, le zampone du Nouvel An, le cotecchino d’après tue-cochon, la panna cotta (remarquable, unique, extraordinaire), les vins de méditation et la carte des vins de près de 500 références (avec chaque semaine des vins au verre), voilà une vingtaine d’années, cela n’existait pas à Paris. C’était le temps du Slow Food avant l’heure. Et à vrai dire, cela n’a guère changé depuis, l’Italie est à la mode, mais Marco Tonazzo continue de faire son marché deux fois par semaine, et reste un des grands précurseurs et faiseurs de la cuisine de la Botte en la capitale. Vous pouvez aller chez lui la gourmandise aux lèvres, le nez en éveil, le palais en fête et le cœur au ventre, vous êtes là dans l’empyrée de l’osteria-trattoria chic et gourmande. Carte : 35-65 €. – « I Golosi » - 6, rue de la Grange-Batelière (Paris 9e). Tél. : 01 48 24 18 63. Fermé samedi au dîner et dimanche. M° Le Peletier ou Richelieu-Drouot.

Partager cet article

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans A boire et à manger
commenter cet article

commentaires

djose4 17/10/2012 12:37

Merci pour cet article !

djose4 (modérateur de la "Communauté des Restaurants sur Over-Blog)

Présentation

  • : Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • : Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.
  • Contact

Profil

  • toutnestquelitresetratures
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.

Recherche

Pages

Catégories