Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 07:43

vincentcuisine1.jpgvincentcuisinier3vins.jpgVincentVins2.jpgAprès les vendanges à Chinon au Clos des Capucins, chez FionaIngrandes-La-Galotie-re.jpg Beeston, quoi de mieux qu'une escapade gourmande vers une nouvelle table régionale, à Ingrandes-de-Touraine, dans le restaurant "hyperterrestre" de deux Belges originaires de Liège émigrés dans la douce France tourangelle. Et c'est face aux vignes - celles de Philippe Boucard - que Olivia et Vincent Simon ont investi une vaste maison blanche avec jardin propret, fontaine bruissante, potager et basse-cour (poulets, poules, oies et lapins en liberté). La demeure se nomme "Vincent cuisinier de campagne". Ils étaient au coeur d'une ville belge germanophone et ont fait le choix de la ligne pure de la plaine, de la molle courbe des coteaux, du balancement égal de la vallée, du cours harmonieux du fleuve et de la transparence de l'air et de la forme des nuages, comme ils le racontent avec coeur. Leur cuisine ? On pourrait l'intituler "Les saveurs d'Ingrandes", puisque tout ou presque, vient de cette terre qu'ils ont appris à maîtriser. Ici, on cuisine maison, cela va de soi. Leur mot d'ordre : "Produire sans s'approprier, agir sans attendre, guider sans contraindre, voilà la vertu primordiale". Tout ce qui se mitonne ici attire désormais - depuis juin de cette année - les vignerons de Bourgueil et des alentours qui n'en reviennent pas d'enfin trouver table de qualité pour leurs vins. La carte est d'ailleurs éblouissante, rendant un fervent hommage aux vignerons locaux, mais aussi à ceux de Chinon, de Saumur et bien au-delà, de Vouvray (une collection de vieux millésimes de Huet jusqu'à 1947 !) en passant par les grands et petits crus du Bordelais et les bons climats de Bourgogne. Un déjeuner dans ce havre de tranquillité conviviale ? Salade potagère au magret de canard fumé au bois de pommier ou un velouté de potiron au flan de persil, puis un pâté chaud aux joues de cochon sauce au bourgueil et, en issue sucrée, le dessert d'Olivia. Le prix ? A faire enrager les faiseurs urbains : 16 €. Sinon, ce sera au gré d'un menu du marché à 23 € (trois services) ou d'un menu gourmand (quatre services) à 29 €, assortis d'une dizaine de suggestions moyennant un tout petit supplément de 2 à 5 €. L'autre soir au dîner, un formidable farci d'escargots feuilles de bettes et rillons dans un lait battu au persil (aussi délicat que le jus de persil servi chez Bernard Loiseau), une salade tiède de légumes du moment, crus et cuits, en vinaigrette, une "compression" (pas moléculaire du tout) de canette aux lentilles dans une mayonnaise de cèpes et de bolets, un lapereau noir de la Galottière - c'est ici même - à la moutarde de gros (à la chair ferme et délicieuse avec de simples pommes de terre et une rare variété de navets, les hâtifs d'Auvergne), toutes préparations frappées au coin du bon sens cuisinier, servies sans superfétatoires présentations et fioritures inutiles. Rien que du bon produit, du beau et du juste dans l'assiette. Mais la grande spécialité maison, c'est à la façon d'un baeckeoffa alsacien, le mijoté de coq, poule, boeuf et cochon dans le crémant du voisin au vert et aux côtes de blettes : un plat de compétition qui vaut sans conteste le détour. Allez ensuite piocher dans la carte des vins un bourugueil de Breton, de Delaunay, de Lamé-Boucard, de Caslot ou de quelque jeune vigneron qui pointent le bout de leur verre. La couleur du bonheur, elle se trouve chez ces gens-là, qui sont de bien. Allez-y de ma part, bon appétit et... large soif ! - "Vincent cuisinier de campagne", La Galottière (37140 Ingrandes-de-Touraine). Tél. : 02 47 96 17 21 et 06 19 66 88 41. Tous les jours (ou presque), de préférence sur réservation. Menus : 10 (moins de 10 ans), 16 (déjeuner), 23 et 29 €. Carte : 25-40 €.

Partager cet article

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans A boire et à manger
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • : Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.
  • Contact

Profil

  • toutnestquelitresetratures
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.

Recherche

Pages

Catégories