Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

AilRoseLautrecNeditespas-copie-1

AilRoseLautrec« Tout le monde connaît l’odeur de l’ail, excepté celui qui en mange ». Alexandre Dumas, qui était un grand amateur, savait. « Je sais », aurait-il dit en d’autres temps. Et il se serait sûrement fait, comme le bon roi Henri IV, autre grand connaisseur, le chantre de l’ail rose de Lautrec (au pluriel, aulx), une appellation produite dans le département du Tarn, à une trentaine de kilomètres d’Albi. Depuis 1966, elle bénéficie du Label rouge et, depuis le 12 juin 1996, du label européen IGP, Indication Géographique Protégée, « Ail rose de Lautrec ». Cet ail, de la famille des liliacées, est caractérisé par ses caïeux (le nom scientifique pour gousse) d’un rose soutenu, par sa forte dormance qui autorise la commercialisation jusqu’au printemps et, aussi, par une hampe florale rigide (appelée aussi pouriol) qui permet de faire des grappes appelées « manouilles », généralement d’un kilo. La zone de production se situe dans l’ouest du Tarn, dans une région aux sols argilo-calcaires arrosée par l’Agout et le Dadou, sur 88 communes, sur 359 hectares et 156 producteurs. Le « Syndicat de défense du Label Rouge et de l’IGP Ail rose de Lautrec est sis à Lautrec. On prépare les parcelles à l’automne, on plante en décembre-janvier, la hampe émerge en juin et on despouline (couper la hampe pour préserver les réserves des bulbes). La récolte a lieu de la mi-juin à la mi-juillet environ. L’ail sera mis sous hangar où il sèchera au gré du vent d’autan pendant deux semaines au moins. La fête de l’Ail rose de Lautrec se tient chaque année le premier vendredi du mois d’août à Lautrec. Le marché de l’ail se tient à Lautrec tous les vendredis matins à partir de la mi-juillet jusqu’à la fin de l’année. Alexandre Dumas savait. Mais savait-il que l’ail est apparu voilà déjà cinq millénaires en Asie centrale, dans la région aujourd’hui occupée par le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan ? Il avait les faveurs des populations qui le considéraient non seulement pour son goût, mais aussi pour ses propriétés médicinales (un « alicament », comme le dit un proverbe : « Qui a de l’ail dans son jardin n’a pas besoin de médecin »). La science moderne indique ses effets bénéfiques sur la santé : réduire l’hypertension et le taux de cholestérol et des tryglycérides sanguins, posséder des propriétés antibactériennes, antiallergiques, antioxydantes, diurétiques et fongicides, renforcer les défenses immunitaires. Sa diffusion à travers le Monde fût assez rapide, d’abord en Chine, en Egypte (on en trouve des traces dans les tombeaux égyptiens du plateau de Gizeh, parce que Kheops, deuxième souverain de la IVe dynastie pharaonique en offrait aux ouvriers lors de la construction de la plus grande des pyramides de Gizeh), en Mésopotamie, en Inde, au Moyen-Orient (en Palestine les Hébreux cultivèrent l’ail sur une vaste échelle pour subvenir aux besoins des moissonneurs) et, ensuite, à travers le sud de l’Europe (dans « L’Odysée » d’Homère, Hermès en donne à Ulysse). A Lautrec, c’est plutôt la légende qui indique son apparition au Moyen Âge lorsqu’un marchand sans le sou aurait réglé ses agapes avec de jolies gousses roses d’ail. Pendant deux siècles, la culture était très peu répandue jusqu’au milieu du XXe siècle. C’est seulement à la fin de la 2e Guerre Mondiale, à la fin des années 50, que l’agriculture en devient plus importante avec la création du Syndicat de Défense du Label Ail Rose de Lautrec, en 1959, puis l’obtention du Label Rouge en 1966 et de l’IGP en 1996. Nul n’en doute, décidément l’ail rose de Lautrec est bien le meilleur d’entre les aulx ! - Syndicat de défense du label rouge et de l’IGP ail rose de Lautrec : www.ailrosedelautrec.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article