Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

LeGrandBistro7e.jpgVoilà belle lurette que Willy Dorr a monté son petit empire de bouche sur Paris (Le Bistrot de… ici ou là). Il a passé la main à son fils, Garry. L’image de la chaîne – maison de famille depuis 1975 - a été rénovée. Mais à quel prix ? Jadis, on y servait un menu tout compris qui faisait son succès, même si son intérêt gastronomique n’a pas toujours paru évident. Puis, voilà quelques années, la maison a fait appel à un chef de renom, Jean-Jacques Jouteux, pour donner un peu de lustre à sa carte. Enfin, le père a tout doucement laissé les rênes à son fils. Aujourd’hui donc, ce dernier a revu et « modernisé » le concept et on découvre une nouvelle enseigne, « Le Grand Bistro ». Oh bien sûr, il y a toujours les menus à prix fixes et tout compris, mais il y aussi la carte et là, il faut bien constater que les prix s’envolent (légumes à 14 €, coquilles Saint-Jacques à 32 €, « French Burger » à 26 €, carré d’agneau à 36 €). Et comme, on s’est aperçu que le produit triomphe un peu partout, on pratique la même idée, avec David Hervé pour les huîtres, Joël Thiébault pour les légumes, Bordier pour le beurre, château d’Estoublon pour l’huile d’olive, Hugo Desnoyer pour la viande, et d’autres aussi, comme Cobreda Gayot pour la volaille (Miéral), Marie-Anne Cantin pour le fromage et Valrhona pour le chocolat. Le problème, c’est que, quand on indique « Hugo Desnoyer », encore faut-il que la viande provienne vraiment de sa boucherie « Régalez-Vous » (rue Boulard). Peut-on en être sûr ? Parce qu’il semblerait que ce boucher d’élite – on ne saurait lui en vouloir – ne puisse fournir directement toute la demande parisienne. Aussi, fait-il appel à un autre homme de l’art, celui de la « Boucherie du Rouillon ». La qualité à l’identique est-elle au rendez-vous ? Rien n’est moins sûr. La DGCCRF – qui lutte contre la fraude – peut-elle accepter cela ? Qui dit viande de un tel, veut dire facture correspondante. Cela ne semble pas être le cas. Du reste, le groupe Dorr ne paraît pas être le seul en cause. De même, très curieusement, sur la carte de son restaurant du 7e, apparaît l’indication « œuf mayonnaise », prix de l’ASOM 2012. L’ASOM est l’Association pour la sauvegarde de l’œuf mayonnaise, émanation du Guide Lebey. Or, que je sache, le prix ne lui a jamais été attribué. Deux tromperies manifestes à la carte, cela fait beaucoup pour un groupe qui doit bien servir plus de 2.000 couverts par jour. Peut-on en savoir un peu plus ? En ce temps de transparence à tous les niveaux, Garry Dorr pourrait remettre les compteurs à zéro. Non pas repartir de zéro, son père lui a déjà montré le chemin, mais respecter ceux auxquels il prétend faire plaisir. Sinon, mon titre se justifierait sans peine : « La chaîne Dorr, laissez-la dormir ! ». – « Le Grand Bistro » - Place de Breteuil (Paris 7e) – Site : www.legrandbistro.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article