Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

Porchetta.jpgDes Abruzzes à la Toscane, en passant par l’Emilie-Romagne, le Latium, le Molise, l’Ombrie, le Piémont et la Sardaigne, la porchetta bénéficie d’une appellation au titre des produits agrolimentaires traditionnels. On la consommait déjà au XVe siècle. C’est un plat de tradition qui se prépare avec du cochon de lait, mais on la fera tout aussi bien avec du lapin (coniglio) à l’instar de la recette qui va suivre cet article. Le cochon de lait, tout comme le lapin, sera désossé par le ventre, puis farci de sa chair additionnée d’aromates (romarin, thym, sauge, marjolaine, ail) et relevée de lard gras frais. Une fois recousu, le cochon est rôti à la broche et servi bien croustillant. La porchetta se mange froide, coupée en fines tranches, mais on pourra aussi la servir chaude. D’où vient-elle précisément ? Les Sardes la revendiquent comme faisant partie de leur gastronomie régionale sous le vocable de « porchetto ». Le Latium la considère comme autochtone. Mais c’est un poète florentin, Luigi Pulci, qui la chantait déjà en 1478 : « … poi gli mangio come porchette cotte » (« Morgante », vingt-septième chant, « Ottava toscana ». La porchetta est par excellence un plat de rues que l’on consommera en « panino », les vendeurs ambulants étant très nombreux à l’occasion des fêtes paysannes, des foires alimentaires, des marchés, voire même des concerts. La photo qui illustre cet article est du « Caffè al Dente » à Bruxelles. – On lira avec intérêt, pour ceux qui possèdent la langue de Dante, le livre de Silverio Cineri, « La storia della porchetta. Storia, usi e costumi » (Editions Il Fenicottero, 1997).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

weber 30/07/2016 19:16

Il faut y mettre les doigts et ensuite les sucer !

toutnestquelitresetratures 01/08/2016 19:35

On va se gêner !