Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

TarteTatinHotel.jpg

TarteTatin.jpgLa tarte des demoiselles Tatin, petite histoire Le hasard fait souvent bien les choses. La Tarte des Demoiselles Tatin est née d’un oubli de cuisinière. Le dessert devint célèbre en France – il fût présenté la première fois à Paris chez Maxim’s par son propriétaire, Louis Vaudable, et Curnonsky, Prince des Gastronomes, le met en vedette lors d’un repas en 1926 – et dans le monde. Ce sont deux sœurs – qui tiennent alors au début du XXe siècle, un hôtel-restaurant, « Hôtel Tatin » à Lamotte-Beuvron en Sologne et qui existe toujours (photo) -, Stéphanie et Caroline Tatin qui sont les créatrices de la fameuse tarte Tatin. Leur restaurant se tient face à la gare et, un dimanche d’ouverture de la chasse, alors qu’elle préparait une tarte aux pommes pour un déjeuner de chasseurs, l’une des sœurs la laissa brûler. L’histoire ne retient pas le prénom de la coupable. Mais bien lui en prît, parce qu’elle décida de garder les pommes maintenant caramélisées, de mettre de nouveau de la pâte sur le dessus et de remettre la tarte au four. La Tarte Tatin était née. La tarte doit se réaliser avec des pommes reinettes ou clochardes (le plus souvent aujourd’hui avec des golden parce qu’elles tiennent bien la cuisson). Si la tarte est bien cuite à l’envers, sous un couvercle de pâte, elle sera servie à l’endroit, c’est-à-dire croûte dessous et pommes dessus. Cette pâtisserie allie le goût du caramel à la saveur des pommes cuites au beurre. Ce soir, vous la trouverez au restaurant « Le Louis XVi à Paris, après l’aile de raie aux câpres ou le filet de bœuf en croûte. Bon appétit et large soif. – A lire : « La Tarte Tain : gourmandise solognote, naissance et vie d’un grand dessert », Gérard Bardon (2006). « Le Louis XVI » - 47, rue des Mathurins, Paris 8e, tél. : 01 4017 03 30. Du lundi au vendredi au déjeuner, mercredi au dîner.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article