Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

Croissantaubeurre.jpg

Petit pain en pâte levée ou feuilletée, abaissée en triangle, roulée sur elle-même et incurvée en forme de croissant de lune. Le mot « croissant » est attesté par Littré en 1863, emprunté à l’allemand « Hörnchen », « petite corne », que les pâtissiers viennois donnèrent aux petits pains en pâte feuilletée ou levée, roulés en forme de croissant turc, confectionnés pour fêter la levée du siège de Vienne en 1689. C’est Jean III Sobieski qui accorda aux boulangers, lorsque les Ottomans furent vaincus, le privilège de fabriquer une pâtisserie qui immortaliserait l’événement. C’est ainsi que naquit le « Hörnchen », allusion donc au croissant qui ornait l’étendard turc. Une autre tradition attribue l’invention du croissant à un cafetier viennois d’origine polonaise, Kolschitsky. Ce dernier, en récompense de son courage pendant le siège de Vienne, aurait reçu des sacs de café pris à l’ennemi. C’est ensuite qu’il aurait eu l’idée de servir ce café avec une pâtisserie en forme de croissant. Plus tard, ce fut Marie-Antoinette qui, arrivant d’Autriche, l’introduisit en 1770 à la Cour de France. Malgré leur origine autrichienne, les croissants sont devenus rapidement emblématiques du petit déjeuner français. – « T’as la rondeur d’un croissant au beurre » (Le Bossu de Notre-Dame, film) - « Quand elle vit que nous nous mettions à manger, elle tira à son tour d’un petit sac un morceau de chocolat et deux croissants et elle commença à croquer de ses belles dents aiguës le pain croustillant et la tablette. » (Guy de Maupassant, « Les Sœurs Rondoli », 1884).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article