Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

LeFestindeBabette.jpg

LeFestindeBabetteFilm.jpgVous n’avez pas vu le film et il n’est pas diffusé en ce moment, il ne vous est pas interdit de lire le livre, « Le Festin de Babette » de Karen Blixen. Babette (interprétée au cinéma par Stéphane Audran) est devenue domestique en Norvège après la Commune, qui l’a contrainte à l’exil. Elle travaille chez deux vieilles filles austères. Le livre démarre comme un conte : « Il y a en Norvège un long fjord étroit… Deux sœurs vivaient dans une de ces petites maisons jaunes". Les deux sœurs s’appellent Martine et Philippa : elles ont été élevées par un père pasteur luthérien et, bien après sa mort, elles continuent de mener une vie dont l’austérité leur interdit le sentiment amoureux. Elles se consacrent à la vie de leur communauté luthérienne. Le désir y est condamné, voire même réprimé. C’est une nuit pluvieuse de juin 1871 que Babette vient à elles : Babette va devenir leur domestique. Un jour, elle gagne une petite fortune à une loterie. Plutôt que de repartir avec en France, elle décide d’offrir un dîner français à cette communauté vêtue de noir. La préparation du dîner et ses conséquences sont racontées tout au long du livre avec une rare sensualité. Les membres de la communauté, eux, ne sont guère bavards, surtout généralement pendant les repas. Mais, ce soir là les langues se délièrent. Tout un chacun raconte une histoire, une des plus vieilles de la communauté, très croyante, répète les larmes aux yeux « aimez-vous les uns les autres ». Ce « Festin de Babette » est un don d’une femme désintéressée. Elle offre son savoir et ses mets à des femmes et des hommes qui n’ont jamais connu les plaisirs de la table. Ils découvrent le champagne Veuve Clicquot 1860 alors qu’ils pensent siroter de la limonade ! Le dîner se transforme en festin païen qui, tout d’abord, va effrayer la communauté et, peu à peu, la métamorphoser en une communauté fraternelle et joyeuse. La soupe à la tortue diabolisera d’abord Babette, puis elle deviendra « celle qui ravira les anges ». Sa fortune y sera passée, mais ce seul dîner aura effacé des années de carême. Un livre dans lequel chacun pourra se reconnaître, ou y trouver ce qu’il aimerait être. – « Le Festin de Babette » - de Karen Blixen, Gallimard/Folio (2008).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article