Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

LEcumedesJours.jpgLe chef-d’œuvre de Boris Vian vient d’être adapté au cinéma avec succès par Michel Gondry, avec Audrey Tautou (Chloé), Romain Duris (Colin), Gad Elmaleh (Chick), Omar Sy (Nicolas), Aïssa Maïga (Alise) et Alain Chabat (Jules Gouffé). Dans « L’Ecume des jours », on peut donc lire : « Faites-vous, Nicolas, du fricandeau ce soir ? demanda Colin. – Mon Dieu, dit Nicolas, Monsieur ne m’avait pas prévenu. J’avais d’autres projets (…) Je resterai une fois de plus dans la tradition de Gouffé en élaborant, cette fois, un andouillon des iles au porto musqué. » - Rappelons le thème du livre : Colin est riche, il a une vie très agréable et il aime les plats de son cuisinier Nicolas. Il adore son « pianocktail » (un mot inventé par Boris Vian) et son ami Chick. Un jour qu’il déjeune avec Chick, ce dernier lui apprend qu’il a rencontré une jeune fille prénommée Alise avec qui il a une passion commune : l’écrivain Jean-Sol Partre. Colin rencontre Chloé, ils tombent amoureux et se marient, mais Chloé tombe très malade pendant le voyages de noces. Au fur et à mesure que le temps passe, Chloé va de plus en plus mal alors que la relation entre Chick et Alise se détériore… - Mais le mot fricandeau, dont l’étymologie reste incertaine, se trouve déjà dans « Le Quart-Livre » de François Rabelais en 1552, puis dans « Le Cuisinier françois » de La Varenne en 1651. Il apparaît comme un dérivé de « fricadelle », du verbe « fricasser », c’est-à-dire faire cuire en ragoût. Il s’agit d’un apprêt de noix de veau que l’on pique de lardons, braisé ou sauté dans son jus, servi sur un lit de chicorée, d’épinards ou d’oseille. Le même type de préparation peut être appliquée au bœuf, au lapin, voire même à certains poissons de rivière comme le brochet, l’esturgeon et le saumon. Par extension, on nomme fricandeau une charcuterie du Sud-Ouest qui se présente sous forme de boulettes de veau, de bœuf ou de cochon enveloppées dans une crépine et cuites au four. – Bonne toile, bon appétit et large soif !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marielle issartel 10/05/2013 10:39

Il sera intéressant de comparer cette nouvelle adaptation de L'ÉCUME DES JOURS avec celle de Charles Belmont avec les très jeunes acteurs Marie-France Pisier, Jacques Perrin et Sami Frey. Sélection
officielle au Festival de Venise 1968. Sortie du DVD en octobre 21013.
Prévert en disait : "Belmont a gardé le coeur du roman, ce film est merveilleusement fait. En plus, c'est drôle !"
Renoir : "Ce film a la grâce"
En décembre 2011 Jérémie Couston écrit dans Télérama: "Une comédie solaire délicieusement surréaliste. Adapter Vian ? un tabou dont Charles Belmont est joliment venu à bout".
En juin 2012 Michèle Vian dans Le Monde : « C'est très joli. Charles Belmont avait compris quelque chose. Il était fidèle à l'esprit. Et la distribution est éclatante ».
Et le Passeur critique le 24 avril 2013 : "Cette fraîcheur de ton offre au roman original la traduction à l’écran d’une fuite existentielle débordante de vie magnifiée par une bande son jazzy d’une
élégance rare et d’un montage à son unisson. Élégant le film l’est tout du long dans un dégradé de nuances."

On peut voir photos, extraits et avis critiques sur le blog :
L'oeuvre du cinéaste Charles Belmont
charlesbelmont.blogspot.fr

toutnestquelitresetratures 10/05/2013 10:58



Merci Marielle Issartel de cet éclairage sur "L'Ecume des jours" de Charles Belmont. Sachant en effet que l'adaptation de l'oeuvre de Boris Vian n'est pas chose facile, peut être qu'en
l'occurrence comparaison n'est pas raison. Mais cela m'incite fortement à voir le film de Belmont, surtout avec cette distribution qui fait rêver, Marie-France Pisier, trop tôt disparue, Samy
Frey, toujours d'une élégance rare et Jacques Perrin, un acteur d'une réelle profondeur.