Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

Luc Desrousseaux était le chantre de vins déjà malins, voilà déjà des années, alors qu’il était à « L’Echanson » à Paris dans le 14e. Le voilà maintenant en Arles, tenant une cave à boire (donc à emporter aussi) et à manger. Derrière la façade gris souris, c’est Brigitte qui vous accueille avec sérieux (et bonne humeur) dans un décor néo-bistrotier chiné ici ou là. Une fois passé l’entrée, la vue s’ouvre sur la cave climatisée. Luc livre d’une cuisine ouverte sur la salle, sur des tables de bois, des plats saisonniers du marché sur le mode ménager sans façon. Un jour, le pressé d’aubergines et de poivrons, les maquereaux en escabèche ou le cabillaud cuit minute avant le clafoutis aux cerises comme jadis ; un autre, l’assiette de jambon ibérique au melon ou la terrine maison, la canette de Bresse aux épices et aux agrumes confits ou la morue en brandade maison et le riz au lait joliment crémeux. Les vins sont ceux qu’il a toujours aimés, naturels souvent, également issus de l’agriculture biologique, jamais pris en défaut de présence de soufre. Tâtez de clairette de Bellegarde Terre des Chardons, de morgon de Foillard, de cheverny de Villemade, de patrimonio d’Antoine Arena et d’autres quilles de vignerons amis. L’ambiance est vraiment bon enfant et les additions savent raison garder. L’équipe voisine de « La Chassagnette » d’Armand Arnal (une étoile Michelin) vient se sustenter après son service. Voilà de quoi, comme eux, poser un moment, ou plus, son sac. Menus : 16, 20 et 30 €. Carte : 40-55 €. Le Gibolin - 13, rue des Porcelets (Arles, 13200) - Téléphone : 04 88 65 43 14. Fermé dimanche et lundi. Jusqu’à 22 h 30. Attention, pas de cartes de crédit.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article